Terrain du bunker des Hells Angels: la Ville espère au moins 200 000 $

Le bunker des Hells Angels Trois-Rivières, avant sa... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le bunker des Hells Angels Trois-Rivières, avant sa démolition en juin 2015.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières lancera dès ce samedi les appels d'offres dans le but de vendre le terrain où se trouvait anciennement le bunker des Hells Angels, sur le boulevard Saint-Jean à Trois-Rivières. À compter de maintenant et jusqu'au 24 octobre, toute personne intéressée à acheter ce terrain pourra envoyer une proposition à la Ville de Trois-Rivières.

Difficile pour l'instant de savoir à quel montant le terrain sera vendu au moment de la fermeture de l'appel d'offres, mais la Ville a établi un prix plancher qui a été fixé à 200 000$. «C'est un prix qui a été décidé en fonction de l'évaluation municipale, mais également en fonction du montant d'argent que nous souhaitons récupérer pour les taxes qui n'ont pas été payées sur ce terrain depuis 2009», explique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant.

Le bunker avait été construit à cet endroit en 1989 par le club les Missiles de la Mauricie. Ce club avait été intégré aux Hells Angels en 1991, formant le chapitre de Trois-Rivières du célèbre club de motards criminalisés.

On se souviendra que lors de l'opération SharQc, au printemps 2009, le bunker avait été saisi et placé sous ordonnance de blocage, étant considéré comme bien issu de la criminalité et pouvant servir dans les procédures judiciaires en lien avec les procès découlant de SharQc. 

Au printemps 2015, il a finalement été remis à la Ville de Trois-Rivières, qui a procédé à sa démolition en juin 2015. Au total, les Hells devaient un peu plus de 80 000 $ en taxes impayées sur cette propriété, rappelle Yvan Toutant.

«Nous allons étudier sérieusement toutes les offres qui entreront chez nous, mais nous allons aussi faire une analyse sérieuse des personnes qui feront une offre. Nous ne souhaitons pas que des personnes issues de la criminalité puissent remettre la main sur ce terrain», signale M. Toutant.

Une fois les offres étudiées et les vérifications complétées, une recommandation sera faite au conseil municipal de Trois-Rivières, qui aura le dernier mot sur la personne, l'entreprise ou l'organisme qui sera autorisé à acheter le terrain. D'ailleurs, M. Toutant explique qu'en autant que tout soit légal, aucun projet ne pourrait être refusé, qu'il soit résidentiel ou commercial. Le terrain, situé directement à l'entrée de la Ville par l'autoroute 55 avec une visibilité plus qu'intéressante, pourrait bien faire l'envie de bien des commerçants.

L'appel d'offres sera en vigueur jusqu'au lundi 24 octobre, 11 h, moment où toutes les offres reçues seront ouvertes devant public à l'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer