La novation comme fer de lance à la Fondation du Centre Le Havre

La responsable des activités de financement Karine Dahan,... (Félix St-Aubin)

Agrandir

La responsable des activités de financement Karine Dahan, le directeur général de la Fondation Danny Lacroix, le président de la Fondation Sylvain Maltais et la présidente d'honneur Stéphanie Hamel voient d'un bon oeil l'atteinte de l'objectif fixé à 61 000 $.

Félix St-Aubin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est sous la ligne directrice de la nouveauté que la Fondation du Centre Le Havre a effectué le lancement de sa campagne de financement 2016-2017, mardi.

L'organisme aspire à rejoindre de jeunes donateurs durant cette 11e édition, où l'objectif à atteindre a été ciblé à 61 000 $.

L'an dernier, l'organisation avait réussi à engranger la somme de 53 000 $, un montant bien inférieur au 80 000 $ qu'elle avait dans sa ligne de mire.

La présidente d'honneur Stéphanie Hamel, qui occupe ce poste pour une deuxième année d'affilée, et la responsable de la coordination des activités de financement Karine Dahan préfèrent voir le verre à moitié plein et non à moitié vide quant à la fixation du nouvel objectif.

«Ce n'est pas une baisse en soi. L'objectif de 80 000 $ était vraiment trop élevé. Nous nous sommes plutôt concentrés sur les 53 000 $ récoltés. Donc, en fait, avec les 61 000 $ nous sommes en hausse [de 8000 $]», analyse Mme Dahan.

Sans mettre de côté les anciens donateurs, la Fondation du Centre Le Havre s'est donné comme mission d'établir un lien avec les jeunes entrepreneurs et la tranche d'âge des 25 à 40 ans, particulièrement. Ce nouveau cheval de bataille est devenu une nécessité, selon les dires de Mme Dahan.

«C'est primordial de surprendre nos futurs donateurs. On a vraiment besoin d'aller chercher de jeunes entrepreneurs, qui sont dans une autre dynamique. Il faut toucher d'autres catégories d'âge et d'intérêt. On sait que les jeunes entrepreneurs ont besoin de bouger, de vivre des expériences et d'être surpris pour adhérer à une cause et s'y impliquer», précise celle qui est à la tête de ce changement de formule.

Les modifications apportées par le groupe trifluvien se font ressentir au niveau des activités de financement, principalement en ce qui a trait à la soirée-bénéfice du 2 novembre, un incontournable qui revient année après année, mais cette fois-ci en délaissant quelque peu le côté protocolaire pour faire place au dynamisme. 

«Ça fait 10 ans que le souper-bénéfice était sans cesse une soirée où les gens demeuraient assis, où on assistait à une soirée conventionnelle. Le Centre Le Havre a toujours été innovateur sur la place publique, et nous désirons reprendre ce flambeau et surprendre [nos convives]», souhaite Mme Dahan.

Outre le souper-bénéfice, qui se tiendra au tout nouveau cabaret Le Satyre, l'organisme ouvrira d'abord sa campagne par une guignolée les 15 et 16 octobre, puis procédera à son publipostage en novembre ainsi qu'en décembre et finalement opérera sa loterie «Un toit pour Moi» au cours du printemps 2017.

La guignolée et l'envoi postal sont d'ailleurs au centre des démarches qui visent à accroître la visibilité de la Fondation et du Centre à la population de la Mauricie. 

«En allant au coeur de la communauté, cela permet aux gens de connaître de plus en plus les organismes. On remarque déjà des changements depuis l'année dernière», confirme l'ambassadrice Mme Hamel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer