Église de Saint-Maurice: réfection d'un demi-million de dollars

L'architecte André Carle, le directeur du Conseil du... (Félix St-Aubin)

Agrandir

L'architecte André Carle, le directeur du Conseil du patrimoine religieux du Québec Jocelyn Groulx, le maire Gérard Bruneau, le président de la Fabrique Denis Guilbert et le député Pierre Michel Auger.

Félix St-Aubin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Saint-Maurice) Des rénovations d'envergure devront être apportées à l'église de Saint-Maurice afin qu'elle demeure sécuritaire. Le coût des deux phases d'amélioration, qui ne s'amorceront pas avant le printemps 2017, s'élèvera à un peu plus d'un demi-million de dollars.

Québec versera une aide financière de 375 000 $ pour la réalisation des tâches à accomplir, tandis que la Fabrique de la paroisse de Saint-Maurice et la Caisse populaire Desjardins de la Moraine ajouteront pour leur part 135 000 $ et 15 000 $, respectivement.

Au départ, le président de la Fabrique Denis Guilbert désirait que le parvis de béton de l'église, qui est d'ailleurs en piteux état, soit modernisé. Mais cette première intention s'est rapidement transformée en plusieurs travaux de raccommodage à la suite d'un examen approfondi des lieux.

«Le parvis de béton est appuyé sur les fondations originales de l'église, et cela a créé une dégradation. En réparant le perron, ça nous oblige à refaire la fondation de la façade pour corriger le désordre structural», explique André Carle, l'architecte chargé du dossier.

«En réalisant les différentes inspections, on s'est rendu compte que les fondations, tout autour de l'église, sont exposées à la dégradation. Ces travaux serviront à changer les conditions du terrain, l'égouttement de l'eau et à réparer les fondations pour éviter une dégradation», ajoute-t-il.

Un maire comblé

Avant d'entreprendre les différentes étapes de demandes de financement, une assemblée publique a été tenue à l'intérieur de l'enceinte religieuse afin de tâter le pouls de la population sur d'éventuelles réparations à effectuer. La réponse des citoyens de Saint-Maurice a été positive et ferme à ce propos.

«Les problèmes et les conséquences, si nous n'intervenons pas, de la bâtisse ont été exposées au public. Les gens qui assistaient à cette rencontre ont été unanimement en accord pour que nous puissions faire les rénovations et que nous trouvions des moyens afin d'y arriver. On devait absolument conserver l'église», indique le maire de Saint-Maurice Gérard Bruneau.

L'homme politique est d'avis que l'église fait partie des attraits de sa municipalité et qu'il était donc de son devoir d'en assurer sa pérennité.

«L'église est une partie constituante du village de Saint-Maurice. Son décor est extraordinaire. La population, [qui comprend] même les personnes qui ne la fréquentent pas chaque semaine, voulait conserver son église. Elle fait partie du patrimoine», considère M. Bruneau.

Les rénovations ne pourront toutefois pas être entamées avant la fin de l'hiver, soit lorsque le temps froid aura cédé sa place à une température plus clémente. Dans le meilleur des cas, la première phase de réfection débutera au printemps et la seconde au cours de l'été.

«Des soumissions seront envoyées auprès d'entrepreneurs après le temps des Fêtes, en janvier ou en février, pour que les travaux soient faits au printemps, dans de meilleures conditions de travail», souhaite M. Carle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer