Bécancour veut des modifications au projet de loi 106

Le projet de loi 106 sur mise en... (courtoisie)

Agrandir

Le projet de loi 106 sur mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 du Québec soulève l'inquiétude.

courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Manseau) Lors de sa dernière séance régulière tenue exceptionnellement à Manseau, et au cours de laquelle Mario Lyonnais a été reconduit au poste de préfet, le conseil de la MRC de Bécancour a officiellement réclamé des modifications au projet de loi 106 sur les hydrocarbures «qui vient outrepasser les pouvoirs des MRC et des municipalités».

Du même coup, les élus ont apporté un appui formel aux mémoires de l'Union des municipalités du Québec et de la Fédération québécoise des municipalités. 

D'ailleurs, ils soutiennent les deux organisations dans leurs démarches pour une reconnaissance des pouvoirs municipaux.

Selon eux, la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 passe avant tout par l'acceptation sociale, le respect de l'environnement et l'importance des retombées économiques dans les milieux d'accueil. 

Par ailleurs, la MRC demande qu'un moratoire de cinq ans soit décrété sur le procédé de fracturation hydraulique afin de permettre l'acquisition de connaissances additionnelles, notamment pour la réalisation de travaux de forage et de fracturation hydraulique en milieux terrestre et marin.

De plus, ils demandent la mise en place des mesures pour favoriser la concertation entre les différents ministères concernés.

Glissements de terrain

Le dossier des zones exposées aux glissements de terrain reviendra hanter la population de la MRC de Bécancour avec la tenue d'une autre assemblée publique de consultation le 24 octobre prochain, à 19 h 30, à l'École secondaire les Seigneuries.

On sait que la MRC de Bécancour a été identifiée par le ministère de la Sécurité publique comme étant l'une des régions propices aux glissements de terrain, d'où l'adoption d'un premier règlement de contrôle intérimaire sur les zones problématiques en 1984.

Or, en 2012, le ministère modifiait les normes, ce qui a amené la MRC à présenter ces changements à la population lors d'une première consultation publique en 2013. Ce même exercice fut répété à l'automne 2015.

À cette occasion, des citoyens de Saint-Pierre-les-Becquets et Deschaillons-sur-Saint-Laurent disaient craindre que le nouveau cadre normatif ait un impact négatif sur la valeur des résidences et sur les assurances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer