Services aux enfants autochtones: Ottawa sommé de remédier à la discrimination

Une plainte déposée par la Société de soutien... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Une plainte déposée par la Société de soutien et l'Assemblée des Premières Nations est à l'origine de cette affaire.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Environ 163 000 enfants ont fait l'objet de discrimination de la part du gouvernement Trudeau relativement à la prestation des services à l'enfance dans les réserves autochtones du pays, a déclaré la militante Cindy Blackstock, jeudi, après que le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) eut publié une seconde ordonnance exécutoire sur le sujet.

Mme Blackstock dirige la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations du Canada, un organisme qui a passé neuf ans à se battre contre le gouvernement fédéral concernant les services à l'enfance dans les réserves aux côtés de l'Assemblée des Premières Nations.

Selon elle, les Canadiens doivent savoir que le gouvernement Trudeau n'a pas encore obtempéré à la décision du tribunal.

«Par ses actions, le gouvernement du Canada indique qu'il est au-dessus de la loi et que, malheureusement, les enfants des Premières Nations ne sont pas protégés par la loi, a soutenu Cindy Blackstock. Et cela ne devrait plus être permis dans ce pays, surtout après les pensionnats.»

Dans son plus récent jugement, le TCDP donne une série de directives au gouvernement, exigeant notamment du ministère des Affaires autochtones qu'il fournisse des renseignements clairs sur la manière dont il compte mettre en oeuvre la décision rendue par le tribunal en janvier.

Au début de l'année, le TCDP avait déclaré le gouvernement fédéral coupable de discrimination envers les enfants autochtones en raison du financement inéquitable et insuffisant des services à l'enfance offerts dans les réserves.

Le tribunal avait aussi demandé à Ottawa d'appliquer le principe de Jordan - une politique visant à assurer que les enfants des Premières Nations ne fassent pas les frais des disputes bureaucratiques concernant le financement des services, tant dans les réserves qu'à l'extérieur de ces dernières.

Mme Blackstock a cité l'exemple d'une fillette albertaine qui avait besoin de soins dentaires afin de pouvoir parler et manger sans douleur. Le fédéral a dépensé 32 000 $ en frais juridiques pour défendre sa décision de ne pas régler la facture alors que le traitement requis coûte 8000 $.

«Nous avons besoin d'un gouvernement qui ne fait pas que parler, mais qui agit pour éliminer cette discrimination parce qu'il y a des enfants qui vivent présentement dans des conditions très difficiles, a-t-elle affirmé. Nous sommes en train de perdre une autre génération d'enfants des Premières Nations en raison de politiques fédérales déplorables et cela doit cesser.»

Le gouvernement étudie actuellement la plus récente ordonnance exécutoire du TCDP et déterminera les mesures appropriées à adopter, a déclaré la ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, dans un communiqué, jeudi.

«Nous savons que le système de services à l'enfance dans les réserves doit être révisé et c'est pour cette raison que nous avons entamé des discussions avec les jeunes et les leaders des Premières Nations, les fournisseurs de services, les provinces et le Yukon, a précisé Mme Bennett.

«Notre gouvernement s'est engagé à changer le statu quo et nous prenons les mesures nécessaires afin d'assurer que nous faisons la bonne chose pour les enfants et les familles des Premières Nations dans les réserves», a-t-elle ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer