Henri Provencher cherche de l'aide pour sa fondation

Henri Provencher souhaite trouver un peu de renfort... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Henri Provencher souhaite trouver un peu de renfort en appui à la Fondation Cédrika-Provencher.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Devant l'ampleur de la tâche que représente la Fondation Cédrika-Provencher, le fondateur et grand-père de la petite fille assassinée à Trois-Rivières en 2007 cherche de l'aide. Par le biais du Nouvelliste, jeudi, Henri Provencher a fait paraître une annonce pour trouver la perle rare qui deviendra son bras droit et même sa relève au sein de cette fondation.

«Je ne réussis pas à suffire aux besoins, aux rendez-vous et aux rencontres que j'ai pour que nos projets se mettent en marche. Ça fait très longtemps que je cherche de l'aide, depuis le début en fait. J'ai bon espoir de trouver quelqu'un qui aura ça à coeur autant que moi», confie l'homme, qui ne cache pas non plus qu'il avance en âge et qu'il s'intéresse à l'avenir de sa fondation une fois qu'il ne sera plus là.

«Je ne suis pas éternel, et je trouverais ça tellement triste que tous les efforts que nous avons faits tombent une fois que je ne serai plus là», constate celui qui n'a toutefois pas l'intention de se retirer de la fondation, du moins pas tant que la santé lui permettra de continuer.

Car à la vue de l'annonce publiée jeudi, on aurait facilement pu croire qu'Henri Provencher souhaitait passer le flambeau ou céder sa place à titre de président et directeur général de la fondation. Or, il n'en est rien.

«Je suis là pour rester, et plus que jamais depuis qu'ils ont retrouvé la petite, en décembre dernier. Ça m'a convaincu davantage du bienfait et de l'utilité de nos actions. Mais j'ai besoin d'un bras droit. D'une personne de confiance qui va pouvoir m'aider à faire avancer les choses», constate celui qui a déjà, depuis les dernières années, rencontré des candidats mais n'a pas trouvé celui ou celle qu'il cherchait.

«C'est une implication bénévole, alors c'est certain que les gens qui viennent me voir dans l'espoir d'avoir un emploi ou de faire de l'argent, ce n'est pas la mission de la fondation. Tous les dons et l'argent vont dans nos projets. Il faudrait que ce soit quelqu'un qui croit d'abord en la cause, peut-être un retraité qui aurait du temps à consacrer de façon ponctuelle à cette cause, quelqu'un qui agit dans la philosophie de la fondation», clame M. Provencher.

Parmi les nombreux projets que souhaite mettre en place la Fondation Cédrika-Provencher, notons la mise sur pied de la «Trousse Cédrika», une trousse pédagogique pour enseigner différentes consignes de sécurité et de détection d'éventuels prédateurs.

La fondation souhaite aussi, dans le futur, développer la recherche d'outils novateurs pour prévenir les enlèvements d'enfants, mettre en place des projets pédagogiques, rendre les milieux fréquentés par les enfants plus sécuritaires et même prendre part à un portail international de recherche en cas de disparition d'enfant, qui réunirait tous les pays dans un conseil international de sécurité pour la protection des enfants.

La ligne 1-855-JE-FUGUE, mise en place il y a quelques années, est aussi toujours en fonction et incite les fugueurs à se rapporter comme étant en fugue, afin de dissocier les enlèvements des fugues et ainsi intervenir avec le bon protocole.

Arrestation

En ce qui concerne l'arrestation récente du principal suspect dans l'enquête sur l'enlèvement de Cédrika Provencher, Henri Provencher a émis bien peu de commentaires, si ce n'est que d'encourager l'homme à collaborer avec la police.

Rappelons que Jonathan Bettez, 36 ans, est accusé de possession et distribution de pornographie juvénile, mais aurait toujours refusé de passer le test du polygraphe dans l'enquête sur le meurtre de Cédrika Provencher.

«Je ne peux pas m'empêcher de l'encourager à collaborer avec la police. C'est la seule façon et c'est ce qu'il y aurait de mieux pour nous, pour lui et pour tout le monde», a-t-il fait savoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer