Un cartel de l'asphalte à Trois-Rivières?

Le contrat pour l'aménagement des bretelles de l'échangeur... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le contrat pour l'aménagement des bretelles de l'échangeur des autoroutes 40 et 55 est examiné.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Des contrats octroyés par le ministre des Transports du Québec ainsi que par la Ville de Trois-Rivières auraient fait l'objet de collusion de la part d'un présumé cartel de l'asphalte en 2008 et en 2009.

La bretelle d'accès à l'autoroute 40 par le... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La bretelle d'accès à l'autoroute 40 par le boulevard des Prairies est sous la loupe du Bureau de la concurrence du Canada, alors que ce contrat octroyé en 2009 pourrait avoir fait l'objet de collusion.

François Gervais, Le Nouvelliste

Ces informations, contenues dans un document judiciaire et révélées par le quotidien La Presse à la suite de démarches devant les tribunaux, permettent en effet de croire qu'il y aurait eu partage de contrats entre différentes entreprises pour de l'asphaltage.

Les documents obtenus par La Presse font notamment état de soupçons de la part du Bureau de la concurrence du Canada (BCC) en ce qui concerne deux portions de routes gérées par le MTQ à Trois-Rivières, soit l'échangeur des autoroutes 40 et 55, ainsi que la bretelle d'accès à l'autoroute 40 par le boulevard des Prairies.

Dans le premier cas, la collusion serait survenue dans l'octroi d'un contrat pour l'aménagement des bretelles de l'échangeur 40-55. Dans l'autre cas, il s'agirait plutôt du réaménagement de l'intersection du boulevard des Prairies et de l'autoroute 40 réalisé à l'été 2009, réaménagement au cours duquel la bretelle avait été élargie notamment pour faciliter le passage des véhicules hors-normes. 

Du côté de la Ville de Trois-Rivières, le Bureau de la concurrence du Canada soupçonne aussi que le présumé cartel ait pu frapper en 2009, lors de l'octroi d'un contrat de 5,4 M$ pour refaire des bordures de rue, des trottoirs et de l'asphalte. Selon les documents, les trois entreprises qui avaient déposé une soumission avaient présenté des prix à quelques milliers de dollars d'écart à peine.

Au total, l'enquête du BCC porte sur 18 entreprises qu'elle soupçonne d'avoir partagé des contrats du ministère des Transports et de certaines municipalités de 1982 à 2011, particulièrement en Montérégie, au Centre-du-Québec, en Estrie, en Mauricie et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les entreprises soupçonnées agissaient de concert pour s'entendre sur les quantités d'asphaltes et les prix, et se rencontraient dans différents hôtels et restaurants.

Parmi les entreprises nommées dans les documents obtenus par La Presse, notons Sintra, qui possède une division à Bécancour, Beaver Asphalte, Bourget et Construction DJL, qui possède notamment une division à Shawinigan.

Réactions

À la Ville de Trois-Rivières, on s'est dit surpris mercredi du dévoilement de ces informations, la Ville n'ayant pas été mise au courant qu'elle aurait pu être victime des agissements du présumé cartel.

«Ça nous surprend d'autant plus que dans ces années-là, les prix étaient relativement bas en raison de l'arrivée de nouveaux joueurs dans le domaine de l'asphaltage», évoque le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant.

Ce dernier rappelle qu'avec la hausse des prix, vers l'année 2006, la Ville s'était notamment dotée d'équipements pour procéder elle-même à de l'asphaltage, tellement la facture devenait élevée pour le contribuable. Or, avec l'arrivée de nouveaux joueurs et l'augmentation de la concurrence, les prix ont baissé dans les appels d'offres, spécialement dans les années 2008-2009 et encore aujourd'hui.

«Nous allons suivre le processus et attendre d'être avisés si les soupçons s'avèrent fondés. Mais d'ici à ce qu'une décision juridique soit rendue, légalement nous ne pouvons pas écarter une entreprise qui ne se trouve pas sur la liste noire pour les contrats publics. On prend acte de cette enquête, mais on avisera uniquement quand un jugement sera rendu», signale M. Toutant.

Il n'a pas été possible d'obtenir une réaction du ministère des Transports, malgré notre demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer