En croisade contre les pitbulls

Gaston Vadnais... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Gaston Vadnais

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) «Un pitbull est une bombe à retardement. Ma soeur a perdu la vie de façon atroce. Ce qu'on veut, c'est la sécurité des gens et qu'aucune famille ne vive ce qu'on a vécu.»

Gaston Vadnais part en croisade contre la présence des pitbulls. Le frère de Christiane Vadnais, victime d'une attaque mortelle en juin dernier sur le terrain de son domicile, amorce une véritable campagne de sensibilisation visant à influencer le gouvernement du Québec pour la mise en place d'un règlement interdisant cette race de chien sur le territoire québécois. 

Encore secoué par la mort violente de sa soeur qui habitait Pointe-aux-Trembles, M. Vadnais et sa soeur Lise ont entrepris certaines démarches afin de faire valoir leur point de vue. Les deux personnes croient que le temps est venu pour le gouvernement du Québec d'adopter une loi semblable à celle prévalant sur le territoire de l'Ontario.

«On demande une interdiction complète des pitbulls au Québec, sans demander l'euthanasie des pitbulls qui sont déjà là. Le pitbull est un chien imprévisible. Quand il mord, ça entraîne la mort ou ça laisse des blessures majeures: une joue arrachée, un oeil crevé. On veut un règlement provincial pour qu'il soit appliqué partout et pour que la police puisse intervenir et l'appliquer», commente M. Vadnais, un citoyen de Louiseville qui a profité de la séance du conseil de Louiseville lundi soir pour annoncer à ses concitoyens son intention de convaincre le gouvernement de la nécessité d'adopter un tel règlement.

M. Vadnais veut agir personnellement afin «d'arrêter l'invasion des pitbulls» au Québec. Il craint une augmentation du nombre de ces bêtes si Québec ne fait rien.

«On veut que le gouvernement prenne en charge la sécurité des citoyens. Mais il y a aussi le propriétaire de cette race de chien. Il faut que la personne qui a un pitbull soit apte. Les endroits qui vendent des chiens devraient faire une petite enquête pour savoir si la personne est apte et pour savoir ce qu'elle veut faire avec le chien», estime M. Vadnais, qui a rencontré des représentants de l'appareil gouvernemental et qui se promet de discuter bientôt du dossier avec le député de Maskinongé, Marc H. Plante.

M. Vadnais reconnaît que ce genre de contrôle peut être difficile à exercer. Il mise énormément sur l'arrivée d'une politique claire de la part du gouvernement pour encadrer le tout, incluant l'enregistrement obligatoire de tous les chiens.

«Selon moi, un chien qui attaque quelqu'un devrait être euthanasié. Le chien qui a attaqué Christiane, c'était la troisième fois que ça arrivait.»

Selon Gaston Vadnais, Québec doit entrer dans la danse afin de diminuer les risques de mort ou de blessures majeures conséquentes à des attaques de pitbull. Il rappelle qu'au Manitoba, une telle interdiction existe depuis près de 30 ans dans plusieurs villes et que les victimes de morsures graves de chiens dangereux sont en diminution.

Ce sujet demeure très controversé, les opinions et les enquêtes étant rarement unanimes pour dégager une hypothèse claire. Le journal Le Soleil s'est penché sur la question cet été en se basant sur des données fournies par le ministère de la Santé de l'Ontario. Dans un article publié le 3 juillet, on conclut que la mesure d'interdiction des pitbulls en Ontario n'a aucunement diminué le nombre annuel de visites à l'urgence résultant de morsures de chiens. Même constat pour le nombre d'hospitalisations.

Les résultats de l'enquête sur la situation en Ontario sont comparables à ceux observés dans de nombreux pays et États américains ayant banni les pitbulls, comme l'Espagne, l'Irlande et le Manitoba.

Cependant, un article a été publié en juin 2012 par différents chercheurs sur l'efficacité d'une telle interdiction sur le taux d'hospitalisation résultant de blessures causées par des attaques de chien au Manitoba (Effectiveness of breed-specific legislation in decreasing the incidence of dog-bite injury hospitalisations in people in the Canadian province of Manitoba). Les résultats de l'étude démontrent qu'une réduction significative du taux d'hospitalisation a été constatée (3,47 par 100 000 personnes par année à 2,84) depuis l'instauration de ce règlement en 1990. L'étude conclut que la législation peut avoir eu un effet sur la réduction du taux d'hospitalisation due aux blessures causées par des attaques de chiens et qu'elle semble plus efficace dans la protection des personnes âgées de moins de 20 ans.

Cet argument de la sécurité des citoyens avancé par Gaston Vadnais rejoint celui défendu par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Depuis le début du débat entourant le contrôle des pitbulls, M. Barrette répète que cette race doit être interdite sur tout le territoire du Québec en raison de la gravité des blessures lors de morsures.

Gaston Vadnais sait que le gouvernement doit bientôt recevoir le rapport final d'un groupe de travail formé pour présenter des recommandations sur l'encadrement des chiens dangereux. Les premières informations qui ont filtré de ce rapport laissent entendre qu'aucune interdiction de race de chien ne sera recommandée par le groupe de travail. Si c'est le cas, Gaston Vadnais a l'intention de lancer une pétition afin de réclamer l'interdiction pure et simple des pitbulls.

Chiens dangereux

Un groupe abordant la question des races de chiens dangereux, DogsBite.org, recense sur son site Internet les victimes d'une attaque mortelle causée par un chien aux États-Unis. Selon le site, 360 Américains ont été tués à la suite d'attaques de chiens entre 2005 et 2015. Les pitbulls sont responsables de 232 morts, soit 64 % des décès. Durant l'année 2015, 

34 personnes sont décédées des suites de blessures causées par des attaques de chiens. Vingt-huit d'entre elles ont été causées par des pitbulls, ce qui équivaut à 82 % des décès, alors que cette race de chien représente 6,6 % de la population canine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer