Comment arriver à ne rien perdre dans le frigo?

De gauche à droite: Marie-Pier Paquette et André... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Marie-Pier Paquette et André De Carufel, marchands IGA, Éric Ménard, expert en gaspillage, Pierre Lussier, directeur du Jour de la Terre et du Fonds Éco IGA et Patrice Gosselin, chef.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une banane trop mûre brunit lentement, oubliée dans le fond du frigo avec quelques fruits un peu ratatinés.

Il reste aussi quelques croûtes de pain, des restes de légumes trop amochés, en apparence, pour être servis et un reste de jambon pas assez gros pour nourrir deux personnes.

Pourquoi jeter tout cela quand on peut cuisiner soi-même tous ces mal-aimés pour en faire un pouding au pain salé et un smoothie délicieusement santé?

C'est ce que le Fonds Éco IGA, le Jour de la Terre et la Tablée des chefs veulent enseigner en offrant, cette année encore, une série de 172 ateliers culinaires riches en trucs et astuces visant à prévenir le gaspillage alimentaire. Ces ateliers seront dispensés du 29 septembre 2016 au 9 avril 2017.

Ce sont 82 ateliers de plus que l'an dernier et plus d'une demi-douzaine d'entre eux seront offerts en Mauricie. Pour connaître les dates et les endroits où se tiendront ces formations et s'inscrire, il faut consulter le site web www.jourdelaterre.org.

Pour la première fois cette année, les formations se donneront aussi dans les entreprises et les institutions qui désirent participer.

Notons que le Fonds Éco IGA fait don chaque année de 1 million $ à cette cause et en est à sa neuvième contribution.

Douze chefs cuisiniers et trois experts en gaspillage alimentaire se partageront cette tournée québécoise. Entre 15 et 20 participants seront admis à chacun des ateliers intitulés À vos frigos.

«Pour nous, les marchands, c'est l'occasion d'aider à sensibiliser notre clientèle pour que celle-ci achète et consomme de manière plus judicieuse au jour le jour», indique Marie-Pier Paquette, marchande IGA. «Nous faisons notre part en magasin en cuisinant et en transformant les aliments avant que ceux-ci perdent leur fraîcheur», dit-elle. Et pour cause. Les statistiques en matière de gaspillage sont assez effarantes.

Malgré le prix élevé des aliments, une enquête menée en juin 2015 par IGA en collaboration avec le Cube Recherche a démontré que ce sont les fruits et légumes, les plats préparés ou restants ainsi que les pains ou produits de boulangerie qui se retrouvent le plus fréquemment aux ordures.

Ces produits sont jetés au moins une fois par semaine.

Les plus récentes études démontrent que 47 % du gaspillage se ferait à la maison selon une autre étude citée par le Fonds Éco IGA.

La date de péremption des aliments contribue elle aussi de façon importante à la décision des consommateurs de jeter un aliment. Pas moins de 53 % se fient à cette date pour mettre le produit à la poubelle tandis que 21 % se fient surtout sur l'aspect du produit, en particulier lorsqu'il s'agit de poissons et de fruits de mer.

Quand il s'agit de viandes et de volailles, 49 % des consommateurs se fient à la date de péremption et 21 % à l'aspect du produit. Quant aux produits laitiers, 32 % se fient à la date et 21 % à l'aspect.

Éric Ménard, expert en gaspillage alimentaire, blogueur et conférencier, anime ces ateliers À vos frigos et expliquera «comment démystifier les dates de péremption et autres sujets connexes.

L'idée, c'est d'outiller les gens à la maison. On sait qu'il se fait beaucoup de gaspillage à la maison. Les gens savent qu'ils gaspillent, mais ne savent pas comment moins le faire. On va leur donner des trucs concrets pour mieux gérer leurs aliments», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer