Voiture piégée à Paris: une enquête est ouverte

La voiture était stationnée dans une petite rue... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

La voiture était stationnée dans une petite rue de la capitale, non loin du quai de Montebello, en face de la cathédrale Notre-Dame de Paris, selon une source policière.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Paris

Une enquête criminelle liée au terrorisme a été ouverte à Paris à la suite de la découverte de sept bonbonnes de gaz et d'écrits en langue arabe à l'intérieur d'une voiture abandonnée près de la cathédrale Notre-Dame.

Le bureau du procureur de Paris a précisé qu'un couple décrit comme «radicalisé» - un homme de 34 ans et une femme de 29 ans - avait été arrêté mardi dans une halte routière près de la ville d'Orange, dans le sud du pays, avant d'être transféré dans la capitale française pour y être interrogé.

La voiture découverte près de la célèbre cathédrale, dimanche matin, n'avait plus de plaque d'immatriculation et ses feux de détresse étaient activés. La même soirée, son propriétaire s'était rendu à la police pour y rapporter la disparition de sa fille radicalisée, sans révéler que sa voiture était également disparue, a ajouté le bureau du procureur.

La police a brièvement détenu le propriétaire de la voiture avant de le laisser partir. Sa fille est toujours recherchée.

L'homme et la femme arrêtés mardi étaient déjà connus des services de renseignement français pour leurs présumés liens avec «l'islamisme radical». Le bureau du procureur n'a pas voulu préciser pourquoi les enquêteurs les soupçonnaient dans cette affaire ni si le couple pouvait avoir été en contact avec la fille du propriétaire de la voiture.

Les écrits en langue arabe sont en cours d'analyse, a ajouté le bureau du procureur, qui a ouvert une enquête en raison de soupçons d'«association terroriste criminelle».

Deux autres sources ayant requis l'anonymat ont révélé qu'un employé d'un bar près de la cathédrale Notre-Dame avait signalé la voiture, dimanche matin, alors qu'elle était garée le long de la Seine. Personne n'était à l'intérieur, mais la police y a retrouvé six bonbonnes remplies de gaz dans le coffre et une bonbonne vide sur l'un des sièges. Aucun détonateur ou matériel d'allumage n'a été trouvé dans le véhicule, a indiqué le bureau du procureur.

En plus du propriétaire de la voiture, trois autres personnes ont été brièvement détenues et interrogées dans cette affaire avant d'être relâchées.

Le ministère français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a affirmé qu'on ignorait pour l'instant pourquoi la voiture avait été abandonnée et les présumées intentions de ceux qui ont été arrêtés.

Selon M. Cazeneuve, 260 arrestations liées aux organisations terroristes ont été faites depuis le début de l'année en France et «plusieurs de ces personnes préparaient des attaques».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer