Événement contre l'homophobie à Saint-Tite

Mathieu Grégoire... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mathieu Grégoire

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) Un an après la violente agression de Mathieu Grégoire au Festival western, le collectif Carré rose, un organisme voué à la lutte contre l'homophobie, organise une action de sensibilisation à Saint-Tite lors de l'événement qui attire près de 600 000 visiteurs.

Pour les organisateurs du Festival western, cette initiative est l'occasion de montrer que tout le monde, peu importe son origine ou son orientation sexuelle, est bienvenu à Saint-Tite. 

Le collectif Carré rose tiendra un kiosque d'information le 16 septembre de 17 h à 22 h un an jour pour jour après l'agression de Mathieu Grégoire. Plusieurs intervenants seront sur place pour sensibiliser les festivaliers à l'homophobie. L'endroit précis du kiosque demeure toutefois à déterminer. 

«On souhaite transformer l'événement tragique de l'année passée en une victoire contre l'homophobie», affirme en entrevue Louis-Alain Robitaille, fondateur et porte-parole de Carré rose. 

Sensibilisé à la cause de la lutte contre l'homophobie, le Festival western de Saint-Tite a même participé avec son char allégorique au dernier défilé de la Fierté gaie de Montréal. Cette présence a même valu au festival une mention spéciale du jury. Celui-ci voulait souligner son ouverture d'esprit. 

«Nous sommes un événement inclusif. Le Festival western est ouvert aux personnes de tous âges, de toutes origines ainsi que de toutes orientations sexuelles», souligne de son côté le directeur général du Festival western, Pascal Lafrenière. «Ce qui s'est passé l'année dernière, c'est un incident malheureux. Et nous l'avons toujours dénoncé.» 

Par la même occasion, la présence du char allégorique du Festival western lors du défilé de la Fierté gaie a permis de faire connaître davantage l'événement. «Il y a quand même des centaines de milliers de personnes qui assistent au défilé», note Pascal Lafrenière. 

Rappelons que Jérémie Roy, l'homme qui a agressé Mathieu Grégoire l'an dernier à Saint-Tite, a été condamné à une peine de huit mois de prison. Le juge a toutefois indiqué en rendant son jugement que la preuve n'avait pas été faite que l'orientation sexuelle de la victime était en cause dans cet événement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer