Le beau temps et la foule au rendez-vous pour les Délices d'automne

Les foules clairsemées ont été rares en fin... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les foules clairsemées ont été rares en fin de semaine aux Délices d'automne.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si les dernières éditions des Délices d'automne n'avaient pas été totalement gâtées par le beau temps, personne ne peut se plaindre de la très grande collaboration de Dame Nature en fin de semaine pour attirer des milliers de personnes au parc portuaire de Trois-Rivières.

Yves Gélinas, de la ferme Gélinas de Yamachiche,... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Yves Gélinas, de la ferme Gélinas de Yamachiche, est très satisfait de sa participation aux Délices d'automne.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

L'événement avait été marqué par quelques épisodes de pluie en 2015 et 2014, et avait été carrément noyé par une fin de semaine maussade en 2013. Cette année, rien de tout cela. Que du beau temps et des producteurs ravis de l'achalandage.

«On est aux Délices d'automne depuis le début et c'est ma meilleure année, indique Yves Gélinas, propriétaire de la ferme Gélinas de Yamachiche. C'est 20 % de plus que ma meilleure année.»

La ferme Gélinas, productrice de farine de sarrasin, offrait des galettes aux visiteurs. Vendredi, 400 transactions ont été effectuées par l'équipe de la ferme, alors que 1000 transactions ont été réalisées samedi et autant dimanche. Les chiffres de lundi s'annonçaient très bons, car il y avait encore beaucoup d'achalandage en fin d'après-midi.

«Le beau temps explique le succès, mais aussi la publicité faite par l'organisation qui est merveilleuse. L'événement est connu et il regroupe de bons produits», croit M. Gélinas.

Quelques commerces avaient fermé leur stand avant 17 h, lundi, confrontés à une rupture de stock. C'est le cas de la microbrasserie Archibald qui a dû fermer boutique une heure avant la fin de l'événement.

«C'était notre première année ici et c'était fou. Les gens voulaient goûter notre produit. On a manqué quatre fois de bières: on avait prévu passer 50 caisses de 24 canettes, on en a passé 100! Et on en aurait vendu encore plus, car on a manqué de bières aujourd'hui (lundi)», constate Simon Brandl, représentant événementiel chez Archibald.

La compagnie a dû faire livrer de la bière de Québec après avoir vidé la réserve du restaurant trifluvien. Le succès connu durant les quatre derniers jours devrait ramener l'équipe d'Archibald aux Délices d'automne en 2017.

«Le succès est à cause du beau temps, mais aussi du service qu'on offrait aux clients. Ça roulait!», ajoute M. Brandl.

De l'expansion en 2017

Steve Dubé avait le visage resplendissant de satisfaction lundi après-midi lorsqu'il observait la grande popularité des Délices d'automne en se promenant sur le site. Le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières refuse de dévoiler les chiffres d'achalandage de l'événement, mais affirme qu'ils sont vraisemblablement supérieurs à ceux de l'an dernier.

«On le voit avec le nombre de coupons vendus. Et durant les fortes périodes, soit d'environ 13 h à 16 h, l'achalandage commençait plus tôt et s'étirait. Il y a eu des files d'attente. Ça a été une fin de semaine extraordinaire.»

Cette présentation des Délices d'automne était la troisième à être organisée par la Corporation des événements de Trois-Rivières. En raison de la popularité de l'événement, Steve Dubé affirme qu'il est rendu à prendre encore plus d'ampleur.

«La relation avec les commerçants va super bien, l'achalandage est en progression et c'est une fête populaire qui s'adresse à tous les groupes d'âge. Notre troisième édition a été une belle phase de consolidation. Mais on veut développer davantage l'événement. Actuellement, on parle d'un événement régional. On veut sortir de la région en termes de publicité pour que ça devienne un événement provincial.»

L'organisation déterminera dans les prochaines semaines si l'offensive publicitaire attaquera le marché québécois ou si elle s'effectuera par régions. Reste à voir si on fera de la place pour accueillir plus de 50 exposants comme ça a été le cas depuis deux ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer