Les Demois'Ailes ont amassé 75 000 $

À l'avant, Jolyane Damphousse, Vicky Lavigne et Natacha... (Brigitte Trahan)

Agrandir

À l'avant, Jolyane Damphousse, Vicky Lavigne et Natacha Pilotte, toutes trois membres du conseil d'administration des Demois'Ailes. À l'arrière, Martine Duchesne, Demois'Ailes d'honneur, et les Demois'Ailes Marie-Andrée Désilets, Maryse Brouillette, Maryse Garand, Karina Tardif, Marie-Claude Larivière, Murielle Lemaire, Catherine Lajoie et Julie Poirier (membre du CA).

Brigitte Trahan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Toronto-Shawinigan. Une course à relais de 750 km. Un effort, par petites équipes, de 10 km à chaque sortie, de jour, de soir et de nuit pendant quatre jours. Un peu plus de deux marathons par personne au total. C'était le quatrième défi annuel des Demois'Ailes, il y a huit semaines.

À coups de sueur, de tendinites, de crampes et de douleurs, de courage et souvent de pur bonheur aussi, les Demois'Ailes ont réussi leur défi et amassé la somme de 75 000 $ qu'elles ont versée avec fierté, mardi, à parts égales aux organismes Le FAR et la Séjournelle qui s'occupent des femmes victimes de violence conjugale et de leurs enfants en Mauricie.

C'est 5000 $ de moins que l'an dernier puisque l'on comptait cinq participantes de moins, mais ce montant n'en fait pas moins le très grand bonheur des deux organismes.

Depuis leur premier défi, il y a quatre ans, les Demois'Ailes, ont récolté la jolie somme de 210 000 $ pour les deux oeuvres.

Denise Tremblay, la directrice de la Séjournelle, a tenu à rappeler que cette aide inespérée a permis à son organisme d'acheter une maison et de la mettre à niveau. Une femme victime de violence vit présentement dans ce nouveau pavillon, pour un temps, avec ses quatre enfants.

«C'est beaucoup, c'est énorme ce que vous faites. Vous ne pouvez pas vous imaginer comment ça nous aide. Vous avez réuni une femme avec ses quatre enfants», a tenu à souligner Mme Tremblay.

Ce nouveau pavillon, dont l'emplacement demeure secret afin d'assurer la sécurité de cette famille et des autres personnes qui y séjourneront, porte désormais le nom des Demois'Ailes, précise la directrice.

Le point de départ du défi des Demois'Ailes a toujours été Toronto en direction de Trois-Rivières, les trois premières années, puis Toronto en direction de Shawinigan, cette année.

L'an prochain, les Demois'Ailes ont toutefois l'intention de parcourir un circuit tout aussi difficile, mais exclusivement au Québec via plusieurs municipalités.

Les détails seront toutefois dévoilés le 27 septembre, alors que seront présentées publiquement les nouvelles participantes au défi 2017.

«L'objectif sera d'avoir la population avec nous tout au long de notre défi», précise Jolyane Damphousse, membre du conseil d'administration du défi.

Rappelons que les Demois'Ailes ne sont pas des athlètes qui s'entraînent régulièrement depuis des années. Certaines n'ont jamais parcouru plusieurs kilomètres en jogging de leur vie.

Les participantes sont donc entourées par des professionnels tout au long de leur période d'entraînement préparatoire qui les rend aptes à relever le défi. La seule exigence, pour devenir Demois'Ailes, c'est de pouvoir s'investir, d'être capable de donner du temps pour la campagne de financement et pour son entraînement. Les participantes comparent cet investissement de temps à un travail à temps partiel.

La demoiselle d'honneur du défi, Martine Duchesne, indique que cette expérience «restera à jamais gravée dans ma mémoire», dit-elle en parlant aussi de la satisfaction de l'accomplissement d'un défi personnel et la joie de vivre l'esprit de groupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer