Hockey mineur: Angers attise la grogne des parents, selon Dostaler

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Notre-Dame-du-Mont-Carmel) Le degré d'émotivité a monté d'un cran cet été dans le dossier du hockey mineur à Notre-Dame-du-Mont-Carmel parce que la Ville de Shawinigan s'amuse à provoquer les parents.

C'est la lecture que fait le maire Luc Dostaler, très déçu de ce comportement mais résolument déterminé à respecter l'entente signée au printemps avec l'Association du hockey mineur de Saint-Boniface.

Au cours des dernières semaines, un groupe de parents s'est mobilisé pour que les jeunes hockeyeurs réintègrent l'aréna Gilles-Bourassa. Les demandes de libération formulées à l'AHMSB demeureront sans suite dans la majorité des cas.

Or, M. Dostaler considère que le conseil municipal de Shawinigan a mis de l'huile sur le feu, en séance extraordinaire le 25 juillet, en décrétant le maintien des tarifs à ses activités pour les résidents de l'extérieur, et ce, jusqu'au 30 avril. Dans l'esprit du maire, il ne fait aucun doute que les élus de la ville voisine font les yeux doux aux parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel pour qu'ils trouvent une façon d'inscrire les enfants à l'Association de hockey mineur de Shawinigan-Sud.

«Pour nous, le dossier est clos», tranche M. Dostaler. «Je suis extrêmement déçu de l'attitude de la Ville de Shawinigan dans ce dossier. Elle veut faire passer les autres pour les méchants.»

«Nous avons pris des actions pour trouver une solution au problème afin d'aider une grande majorité de parents pour que les enfants puissent jouer au hockey à un prix qui a du bon sens. Shawinigan ne démordait pas de sa position. Une fois que nos démarches sont faites, on nous parle de repousser les dates pour influencer les parents, alors que j'ai une entente avec Saint-Boniface. Je trouve que c'est de très mauvaise foi.»

«Si Shawinigan voulait vraiment aider la situation, elle n'aurait qu'à simplement retirer sa demande plutôt que repousser la date», glisse M. Dostaler. «M. Angers ne fait qu'attiser la grogne des parents. C'est une très mauvaise stratégie.»

Le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel rappelle qu'il y a près d'un an, son homologue de Shawinigan ne se gênait pas pour annoncer qu'il maintiendrait la ligne dure dans ce dossier. Comme sa municipalité est, de loin, celle qui est la plus touchée financièrement par cette demande, M. Dostaler suggère qu'il fallait réagir rapidement afin que le portrait soit clair pour les parents.

«Nous avons apporté une solution à la plus grande partie du problème», rappelle-t-il. «Si nous n'avions pas signé cette entente avec Saint-Boniface, Shawinigan serait en train de courir après son argent. Or, ils ont plutôt décidé de créer du mécontentement. L'Association du hockey mineur de Saint-Boniface reçoit les bêtises alors qu'elle nous a aidés, pendant que Shawinigan passe pour des héros. C'est très décevant. Pourtant, on sait que leur but demeure d'exiger des prix exorbitants dans le futur. La Ville de Shawinigan n'a jamais dit qu'elle changeait d'idée. C'est une tactique malhonnête.»

Entente respectée

Luc Dostaler ne voit pas comment le conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel pourrait revenir sur son engagement dans ce dossier. Il invite à nouveau les parents récalcitrants à tenter l'expérience à Saint-Boniface pendant un an avant de tirer des conclusions hâtives.

«C'est sûr et certain qu'on ne défera pas ce qu'on a fait», indique le maire. «Ma signature a plus de valeur que ça.»

La réaction des parents demeure maintenant la grande inconnue, alors que la saison doit débuter dans environ deux semaines.

«Ce que je souhaite, c'est que les jeunes jouent au hockey», termine M. Dostaler. «Toutes nos démarches étaient orientées vers ce but. On voulait sauver la saison des jeunes devant une situation qui semblait aller dans un cul-de-sac, avec une Ville qui ne montrait aucune ouverture et qui voulait charger des prix exorbitants. C'est sur cette base qu'il s'est mis beaucoup d'énergie pour trouver une solution.»

«De plus, je suis certain que la capacité d'adaptation des jeunes est très bonne. Les parents ont intérêt à bien prendre connaissance du dossier pour connaître les répercussions pour le futur. Je cherche une solution à long terme pour tout le monde. Si certains parents cherchent une solution pour un an en fonction de leur situation à eux, ça se peut qu'on n'arrive pas aux mêmes conclusions.»

Hockey Mauricie fera les vérifications

Le président de Hockey Mauricie, André Ricard, a été conforté dans son interprétation des évènements concernant les nombreuses demandes de transferts de parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, qui souhaitent que leurs enfants continuent à pratiquer leur sport à Shawinigan-Sud plutôt qu'à Saint-Boniface en 2016-2017. En effet, Hockey Québec lui a confirmé que chaque demande devait être accompagnée de la documentation pertinente afin de prouver un déménagement, sans quoi elle serait refusée.

Il faut donc s'attendre à ce que la très grande majorité des parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel doivent se résigner à inscrire leurs jeunes à Saint-Boniface pour la prochaine saison, en vertu d'une entente signée par leur conseil municipal le printemps dernier.

M. Ricard précise que 34 demandes de transfert vers Shawinigan-Sud avaient été formulées au cours des derniers jours. Sur ce nombre, huit sont justifiées par des changements d'adresses. Ces cas devront subir les vérifications habituelles. Les autres seront tout simplement rejetées.

Daniel Tremblay, président de l'Association du hockey mineur de Saint-Boniface, se réjouit de constater que l'association régionale prend ce dossier en main en ne laissant pas ses bénévoles trancher ce dossier émotif.

«On suit les directives et on applique les règles», résume-t-il. «À partir du 5 ou 6 septembre, on va faire jouer les jeunes. C'est notre mandat.»

Actuellement, M. Tremblay précise que 16 enfants de Notre-Dame-du-Mont-Carmel sont inscrits au hockey à Saint-Boniface pour la saison 2016-2017. L'an dernier, 78 enfants de cette municipalité pratiquaient leur sport favori à l'aréna Gilles-Bourassa du secteur Shawinigan-Sud.

Le président de cette association de hockey mineur, André Baker, ferme le dossier avec sérénité.

«La balle n'est plus dans mon camp», résume-t-il. «Nous avons mené ce combat pour les parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel à leur demande, même si dans les faits, ce n'est pas à une organisation de hockey mineur de le faire. J'estimais nos chances à 50-50, mais c'est correct. Je respecte la décision.»

Pas de hockey?

Avec les propos tenus par des parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel au cours des dernières semaines, il ne serait pas étonnant que certains décident tout simplement de ne pas inscrire leur enfant au hockey en 2016-2017.

«Ça pourrait arriver», convient M. Ricard. «Mais l'engagement a été pris par la Municipalité pour aller à Saint-Boniface. On ne veut empêcher personne de jouer au hockey, mais il faut respecter l'ensemble des partenaires.»

De son côté, André Baker est moins nuancé. Il croit que plusieurs parents trouveront une autre occupation à leurs enfants pour la prochaine saison.

«Je pense qu'il va se perdre beaucoup d'inscriptions», anticipe-t-il. «Déjà, je sais qu'une vingtaine de jeunes (de Notre-Dame-du-Mont-Carmel) ne sont inscrits nulle part.»

Daniel Tremblay comprend la réaction de certains parents et les réserves que peut exprimer un joueur après avoir passé plusieurs saisons avec le même groupe dans une autre association. Mais peu importe les décisions qui seront prises, son organisation s'occupera de ceux qui s'inscriront pour la prochaine saison.

«Ceux qui veulent jouer au hockey, on leur en donne l'opportunité. On va accueillir des joueurs, des bénévoles ou des entraîneurs qui veulent se joindre à notre organisation et continuer à vivre leur passion, sans aucun problème.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer