Festi-Beach: vers un créneau agroalimentaire

Le volet sportif, tel que le tournoi de... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le volet sportif, tel que le tournoi de volley-ball, devrait résister à la réflexion que s'est imposé le Festi-Beach pour sa prochaine édition en 2017.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Bien qu'il reste encore des ficelles à attacher, tout indique que la transformation du Festi-Beach du secteur Lac-à-la-Tortue impliquera l'ajout d'un important volet agroalimentaire dès l'an prochain.

Le vice-président du conseil d'administration, Émile Cayouette, considère qu'il s'agit d'un thème en vogue qui respecte la volonté d'attirer les familles à cet événement, appelé à être connu sous un nouveau nom dans un proche avenir.

La réflexion du comité chemine depuis l'an dernier pour donner un deuxième souffle à cet important rendez-vous de juillet à Shawinigan. En mai, il annonçait que la 17e édition, en 2016, ne serait pas présentée en raison de la réflexion en cours.

Il est déjà acquis que les spectacles de vedettes de la chanson francophone, comme Éric Lapointe ou les Cowboys Fringants, ne reviendront plus en raison des importants risques financiers qu'ils impliquent. Le volet sportif, notamment les tournois de volley-ball et la course à pied, sera maintenu. Le coin des enfants sera bonifié.

Les grandes nouveautés seront confirmées un peu plus tard, mais déjà, M. Cayouette parle de ce qui allume particulièrement le comité organisateur. «On veut se réorienter vers l'agroalimentaire», confie-t-il.

«Nous avons déjà entrepris des démarches et d'autres seront faites en septembre. On sera alors en mesure de donner un peu plus précisément l'orientation que le Festi-Beach va prendre.»

Des événements comme les Délices d'automne à Trois-Rivières ou l'ancienne Île aux saveurs, à Shawinigan, constituent des repères pour le moment.

«Ça pourrait ressembler à ça», convient M. Cayouette. «On est allé chercher des éléments qui fonctionnent, qui s'intégreraient dans notre événement sans que ce soit exactement comme ailleurs. Par exemple, on parle d'un mégabanquet.»

L'émergence des marchés publics en Mauricie constitue une autre source d'inspiration pour M. Cayouette et son équipe. L'événement serait toujours présenté à la fin juillet, en plein coeur de la période des récoltes et des vacances, au moment où les touristes affluent dans la région.

Si l'orientation se dessine, il reste toutefois des décisions à prendre, notamment en ce qui concerne la nouvelle appellation du festival et l'identité d'un président.

«On travaille pour qu'il y ait un évènement en 2017», assure M. Cayouette.

«Nous sommes très optimistes. À moins qu'il nous arrive un pépin extraordinaire, par exemple avec les travaux d'assainissement des eaux usées autour du lac... Mais je pense que la Ville va collaborer avec nous.»

Soutien

En assemblée publique du conseil municipal mardi soir, le comité organisateur a reçu un signal positif de la Ville dans le cadre de cette transition. Les élus ont annoncé le versement d'un montant de 39 314 $ à l'organisation pour l'année en cours... même si aucun événement n'a été présenté.

Selon l'entente de trois ans convenue avec la Ville, le Festi-Beach aurait dû obtenir 53 000 $ en 2016, qui constituait la dernière année du contrat. Les responsables sont parvenus à négocier plutôt une phase transitoire d'un an qui leur permettra d'obtenir un montant de 29 000 $ pour aider à éponger le déficit de l'édition 2015 et de 10 314 $ pour la transition des prochains mois. «Nous leur avons donné moins d'argent, mais suffisamment pour leur permettre de se remettre sur pieds et nous présenter un projet qui va tenir la route», commente le maire, Michel Angers. 

Cette décision rappelle le moment où la Ville avait englouti plus de 200 000 $ pour favoriser la relance du Festival d'été de Shawinigan, en 2010. 

L'organisation avait finalement mis la clé sous la porte à la suite d'une édition peu concluante sur les terrains de l'amphithéâtre municipal.

«Cette fois, l'équipe du Festi-Beach travaille sur un nouveau concept», nuance le maire, qui pointe qu'outre le changement de site, le comité organisateur du Festival d'été misait essentiellement sur la même formule de spectacles en plein air. «La commande était grosse et ça n'a pas marché», rappelle M. Angers. 

«On ne pouvait pas réinvestir d'argent là-dedans. Le Festi-Beach voit la compétition autour et le comité a décidé de se questionner. C'est sain de faire ça plutôt qu'accumuler les déficits en se disant qu'on s'en sortira à un moment donné.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer