La traversée des Pyrénées: un défi de taille pour Josée Vigneault

Josée Vigneault lors de sa traversée des Alpes... (Courtoisie)

Agrandir

Josée Vigneault lors de sa traversée des Alpes en 2012.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Même si elle ne sera pas en terrain inconnu, Josée Vigneault aura tout un défi devant elle le 25 août prochain alors qu'elle amorcera la traversée des Pyrénées à vélo, en compagnie de six autres cyclistes du Québec.

Jusqu'au 4 septembre, la Trifluvienne et ses partenaires traverseront la chaîne de montagne européenne en partant de la France jusqu'en Espagne dans le cadre du Défi Tour de France, au profit de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Près de 76 000 $ ont d'ailleurs été amassés jusqu'à maintenant pour l'association.

Les sept Québécois s'attaqueront à un véritable trajet monstre lors de cette période, alors que les cyclistes devront pédaler près de 800 kilomètres pour compléter le défi. Josée Vigneault n'en sera pas à sa première lourde commande, elle qui a effectué la traversée des Alpes en 2012 ainsi que plusieurs autres défis pour l'association. La principale intéressée s'est d'ailleurs bien préparée pour sa prochaine aventure.

«J'ai fait le parc de la Mauricie aller-retour à plusieurs reprises et Dieu sait que le site est assez imposant. Je suis également allée à Cuba pour faire du vélo à des chaleurs intenses. Le plus dur sera de composer avec les nombreuses côtes, mais je suis confiante que tout ira bien.»

Cette grande traversée s'amorcera donc à Biarritz en France, pour quatre journées de vélo qui mèneront Mme Vigneault et le reste du groupe à Bagnères de Luchon, la commune française la plus fréquentée des Pyrénées, où ils pourront bénéficier d'une journée de repos. Les cyclistes québécois retourneront par la suite sur leur vélo pour quatre autres jours avant de terminer leur périple à Olot à Bégur en Espagne.

Durant leur aventure, Mme Vigneault et les autres participants seront suivis par une équipe d'accompagnateurs qui veillera à leur donner à boire et à manger en plus de s'assurer que tout se passe bien. Les cyclistes partiront vers huit heures le matin et ne retourneront dans leurs hôtels qu'en fin de journée.

«Nous pouvons aller à notre rythme, ce n'est pas une nécessité de rouler en peloton. Nous sommes extrêmement bien surveillés durant le trajet, ça facilite la tâche de beaucoup», explique Vigneault.

Pour une bonne cause

Josée Vigneault a déjà récolté 11 785 $ pour le Défi Tour de France, ce qui est plus de 2000 $ que le montant exigé pour prendre part à la traversée. Infirmière de carrière à l'hôpital de Trois-Rivières, Mme Vigneault s'est fait un devoir d'amasser une somme d'argent importante pour une cause qui lui tient extrêmement à coeur.

«Je travaille au quotidien avec des gens qui souffrent de cette maladie. Si je peux faire avancer les choses de quelconque façon, je vais le faire.»

Vigneault ne compte donc pas s'arrêter là après cette traversée. Celle qui a participé à plusieurs événements organisés par la Société canadienne de la sclérose en plaques dans le passé entend bien faire sa part pour l'association encore quelques années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer