22 lacs en 22 jours: une aventure humaine et communautaire

Franck Chaumanet a complété la moitié de son... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Franck Chaumanet a complété la moitié de son défi 22 lacs en 22 jours au profit de l'école de la Tortue-des-Bois de Saint-Mathieu-du-Parc.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) À mi-chemin du défi qu'il s'est lancé de traverser 22 lacs du territoire de Saint-Mathieu-du-Parc en 22 jours au profit de la Fondation de l'école de la Tortue-des-bois, Franck Chaumanet savoure l'expérience humaine qu'il vit.

Au-delà du défi physique qu'il considère comme modeste par rapport aux performances des nageurs plus aguerris, il apprécie la mobilisation du milieu qu'il a adopté il y a une quinzaine d'années.

Le chef et associé de la microbrasserie Le Trou du diable a entrepris son défi le dimanche 7 août, par une activité de lancement tenue au Balcon Chez Juliette.

Cette journée-là, il y avait une traversée du lac Goulet et les jours suivants, il a successivement nagé sur les eaux des lacs Magnan, Bellemare, Mongrain, Jackson, de l'Écluse, Mc Laren, Gareau, Souris, en Coeur, ainsi que le Lac-à-la-Pêche ce mercredi 17 août, qui correspondait au 11e jour de son défi.

Jusqu'à présent, les distances qu'il a franchies à la nage varient entre 0,325 km (le lac Mongrain) et 3,125 km (le lac Souris).

Le lac Barnard sera le plus étendu, avec une dimension de 3,8 km à traverser le 26 août, deux jours avant le couronnement de son défi. Jusqu'à présent, le nageur a pu profiter de conditions climatiques favorables, sauf la journée du 12 août, où il a traversé le lac de l'Écluse sous une pluie intense.

À mi-chemin de son projet, M. Chaumanet peut confirmer que les distances qu'il avait prévu nager se révèlent compatibles avec son niveau de nageur et avec l'entraînement qu'il a entrepris il y a un peu moins de deux ans, question d'intégrer l'activité physique dans son quotidien.

«Les plus gros lacs s'en viennent. J'ai nagé un peu plus du tiers des 27-30 km du total de mon défi», précisait-il mercredi.

Pour rejoindre les lacs plus isolés, M. Chaumanet se déplace en véhicule tout-terrain avec des bénévoles qui suivent son aventure. Il souligne entre autres l'implication du maire de la municipalité, Claude McManus, qui le soutient et contribue à l'organisation de la logistique associée à un tel projet. Des gens dont des jeunes comme Émile Lacerte (qui a commencé à nager avec lui cet été), se joignent à M. Chaumanet pour la traversée de certains lacs.

D'ailleurs, c'est là une des réflexions que partage le Mauricien à la moitié de son défi: «J'en retire beaucoup de belles rencontres humaines. C'est dans ce genre de projet qu'on voit la beauté d'une communauté qui met l'épaule à la roue. Plein de gens m'aident et m'encouragent, dont des gens que je ne connais pas. C'est une aventure humaine, et aussi l'aventure d'une communauté qui devient partie prenante d'un projet pour réaliser un objectif.»

Cet objectif est le financement du projet École-Forêt-Nature, à l'école de la Tortue-des-Bois de Saint-Mathieu. Environ 75 % de l'objectif de 10 000 $ a été récolté jusqu'à maintenant. On peut toujours faire des dons en ligne (www.22lacs22jours.com), et une activité de clôture du défi est prévue le 28 août au Camp du Lac Vert.

L'aventure du Français d'origine lui permet aussi de découvrir plus à fond son milieu d'adoption. Né dans la région Midi-Pyrénées, il a migré au Québec en 1994.

Il a connu le Centre-de-la-Mauricie à travers le duché de Bicolline en 1996 et s'est établi à Saint-Mathieu-du-Parc en 2001.

«Avec le défi, le but était aussi de découvrir le territoire, et c'est réussi! Il y avait plusieurs lacs où je n'étais jamais allé, ou que je connaissais très peu», mentionne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer