Un franc succès pour le Festival de l'Assomption

Lors de la prière d'intercession pour les malades,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Lors de la prière d'intercession pour les malades, les 1700 places de la basilique Notre-Dame-du-Cap étaient occupées par des fidèles venus prier pour ceux dont la santé est précaire.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y avait entre 4000 et 5000 personnes sur le site du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap pour la journée de clôture du 7e Festival de l'Assomption. Dès le début des activités matinales, des milliers de fidèles se sont rassemblés pour partager leur foi.

Le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, était... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, était heureux du succès qu'a connu l'édition 2016 du Festival de l'Assomption. Il s'agissait par ailleurs d'une nouvelle expérience pour le recteur. 

François Gervais, Le Nouvelliste

Un temps particulièrement chaud est venu ponctuer la dernière journée d'activités du Festival de l'Assomption. L'humidité n'a cependant pas semblé gêner la foule de croyants qui arpentaient le site du sanctuaire. Par ailleurs, une variété de dialectes et d'accoutrements colorés faisaient ressortir le caractère rassembleur de l'événement. Les lieux étaient ainsi animés d'un caractère vivant et accueillant.

Pour la prière d'intercession pour les malades, la basilique Notre-Dame-du-Cap était remplie à pleine capacité. Une impressionnante délégation de religieux s'était d'ailleurs déplacée pour implorer les grâces du Seigneur.

Au cours de la cérémonie, plusieurs témoignages ont été offerts concernant l'importance de la foi dans le combat contre la maladie. Pierre Montreuil, coordonnateur des communications au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, a précisé que cette célébration ne concernait pas seulement les malades, mais aussi les proches aidants et toutes les personnes qui accompagnent ceux dont la santé est précaire.

En plus d'occuper les 1700 places de la basilique, les fidèles ont fait preuve d'un respect remarquable, même pour un service religieux. À cet effet, on aurait pu entendre une mouche voler dans l'enceinte de l'église.

Des centaines de lampions ont aussi été allumés pour demander des faveurs divines et quantité de fleurs ont été déposées en mémoire d'êtres chers disparus.

En soirée, les dernières activités ont marqué de belle manière la fin du Festival. Le groupe Effata a offert une performance jumelée à la prédication du recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay.

Une dernière procession aux flambeaux avait également lieu, où la noirceur faisait ressortir les flammes et par ricochet le caractère spirituel de la marche. La foule a finalement pu apprécier les rythmes country de la musique de Viateur Caron, qui se produisait sur la scène extérieure.

Notons que tout au long du Festival, le sanctuaire grouillait d'employés et de bénévoles affairés à leurs différentes tâches. Ainsi, agents de sécurité, personnel médical, préposés à l'information et aux statistiques, techniciens de scène et autres artisans du Festival ont rempli leur mandat avec zèle jusqu'à la fin de l'événement.

Un recteur comblé

Sans l'ombre d'un doute, le Festival s'est terminé sur une bonne note. Pierre-Olivier Tremblay s'est d'ailleurs montré très satisfait de la réussite de l'édition 2016. «À mes yeux, c'est un franc succès. Je suis très heureux de la participation. Les fidèles étaient au rendez-vous, les gens sont venus de partout, on a eu un bon climat, il y avait une ambiance extraordinaire et il y avait une dimension festive et joyeuse», affirme-t-il.

M. Tremblay est également soulagé du déroulement du Festival. Il s'agissait en effet d'une nouvelle expérience de gestion pour le recteur, et celui-ci n'a pas manqué de souligner l'aide précieuse qu'il a reçue pour relever le défi. «J'avoue humblement que je voyais ça venir. Je me demandais comment ça allait se passer, puisque c'était mon premier Festival. J'avais l'avantage d'avoir avec moi des vétérans qui ont vécu plusieurs éditions», confie-t-il. «Au niveau organisationnel, il n'y a pas eu d'anicroches. Toutes les choses se sont bien déroulées, alors nous sommes très contents», ajoute M. Tremblay. 

En ce qui concerne les événements à venir, le recteur espère pouvoir construire sur l'expérience qu'il vient d'acquérir. «Après six mois comme recteur, mon objectif était de passer à travers cette première édition. J'ai essayé d'apporter un élément de fraîcheur, de nouveauté au Festival. Cela semble avoir été un succès, et j'espère pouvoir continuer sur cette belle lancée», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer