Barrette réaffirme l'importance d'interdire les pitbulls

Gaétan Barrette... (Archives Le Droit, Etienne Ranger)

Agrandir

Gaétan Barrette

Archives Le Droit, Etienne Ranger

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les pitbulls n'ont pas leur place au Québec, selon le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Le ministre, qui a une formation de médecin, a réaffirmé samedi sa détermination à voir cette race de chiens interdite sur tout le territoire, en raison de la gravité des blessures infligées aux victimes lors de morsures.

Mais si le gouvernement Couillard va dans cette direction, il ira à l'encontre du groupe de travail mandaté pour lui formuler des recommandations sur l'encadrement des chiens dangereux.

La semaine dernière, La Presse Canadienne révélait la liste des recommandations préliminaires du groupe de travail, qui doit remettre son rapport final au gouvernement d'ici deux semaines.

Dans ce document de travail, le comité propose d'adopter une loi visant à encadrer la possession de chiens dangereux ou potentiellement dangereux, mais exclut toute interdiction reliée à une race en particulier.

En marge du congrès annuel de l'aile jeunesse du Parti libéral du Québec, le ministre Barrette a dit se positionner sur le sujet en tant que médecin, ayant pu constater les dommages souvent irréversibles causés par des morsures de pitbulls, des chiens réputés agressifs et dotés de mâchoires puissantes.

Si le rapport final du groupe maintient sa position, le ministre Barrette fera partie de ceux qui tenteront de mettre le rapport sur une tablette.

C'est une question de santé publique, a-t-il fait valoir lors d'une mêlée de presse, en matinée.

«Je n'ai pas changé de position. Je suis encore en faveur de l'interdiction des pitbulls», a dit le ministre d'entrée de jeu. Il s'était déjà prononcé sur la question une première fois en juin, à la suite du décès d'une femme de Montréal, Christiane Vadnais, mordue à mort par un pitbull dans la cour arrière de sa maison de Pointe-aux-Trembles. L'agression avait amené le gouvernement à former un comité chargé de lui faire des recommandations.

«À la question de savoir si un pitbull est une race de chiens qui est plus dangereuse potentiellement qu'une autre, moi je pense que la réponse à ça c'est oui», a commenté M. Barrette.

«Je les ai vus ces dommages-là, et ce sont des dommages considérables» et souvent permanents, entraînant pour les victimes, souvent des enfants, «des déficits fonctionnels à vie», a ajouté le médecin.

Le gouvernement s'engage à trancher la question dès la rentrée politique et parlementaire de septembre. Une fois de plus samedi, le ministre responsable du dossier, Martin Coiteux, s'est engagé à agir «dans les plus brefs délais».

Se gardant d'entériner la position de son collègue de la Santé, M. Coiteux n'a pas non plus rejeté le scénario ayant pour effet d'interdire les pitbulls du territoire québécois.

«Il n'y a rien d'exclu», a-t-il soutenu, devant les journalistes, samedi, même après avoir pris connaissance des recommandations préliminaires du groupe de travail.

M. Coiteux dit faire la distinction entre «le rapport» du comité et «la décision du gouvernement». Seule la sécurité de la population guidera le gouvernement au moment de prendre sa décision, a assuré le ministre de la Sécurité publique.

Il a qualifié l'opinion du ministre Barrette, étoffée par des décennies de pratique médicale, de «très importante».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer