Les jeunes cow-boys prennent la relève

De gauche à droite, Justin Gavillet, Victor Lafrenière... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite, Justin Gavillet, Victor Lafrenière et Vincent Cossette, participeront à leur dernier rodéo de qualifications, à Valleyfield, en prévision de la première fin de semaine de compétitions du Festival western de Saint-Tite.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) À moins d'un mois du début des festivités du Festival western de Saint-Tite, la jeune relève est plus prête que jamais à se tailler une place parmi les meilleurs cow-boys.

Le jeune David Blais en pleine action.... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Le jeune David Blais en pleine action.

Courtoisie

Un dernier rodéo aura lieu cette fin de semaine, à Valleyfield, pour décider si les jeunes originaires de la région pourront performer devant leurs familles et amis.

Si le rodéo avait moins la cote auprès des jeunes il y quelques années, l'école de rodéo de Saint-Tite constate un certain engouement depuis trois ans chez les jeunes cow-boys. Cette année, une vingtaine de jeunes ont participé à la 16e édition.

«Les plus vieux sont des modèles pour les jeunes cow-boys, mais on essaie de démontrer avec les années que le rodéo est un sport qui est apprécié et pratiqué par plusieurs, au même titre que les autres sports. Mais, le fait que les jeunes gravitent pour la plupart dans le domaine du rodéo, ça aide aussi», souligne la coordonnatrice aux communications du Festival western de Saint-Tite, Geneviève Frappier.

David, Victor, Vincent et Justin, âgés entre 9 et 12 ans, sont du nombre des jeunes cow-boys qui participent depuis quelques années à l'école de rodéo. Victor, Justin et Vincent vont d'ailleurs participer à leur dernier rodéo de qualifications à Valleyfield, cette fin de semaine, pour prendre part au défi ultime, soit le rodéo au Festival western de Saint-Tite.

«Je n'ai jamais participé au rodéo à Saint-Tite, mais c'est mon rêve», avoue David Blais, âgé de 11 ans et natif de Saint-Adelphe.

Le stress est bien entendu présent chez les cow-boys, qui souhaitent faire partie du rodéo de Saint-Tite, mais la passion est plus forte que tout pour eux.

«Ce qui est stressant, c'est quand la bête arrive, mais ce qui est plaisant à Saint-Tite, c'est l'ambiance de la foule», mentionne Justin Gavillet, natif de Sainte-Thècle.

Tous originaires de la Mauricie et gravitant dans le domaine du rodéo depuis quelques années, il n'y a aucun doute pour les quatre jeunes cow-boys que l'adrénaline est ce qu'ils aiment le plus des compétitions.

«Tout le monde s'encourage, même si on ne fait pas notre temps, on s'entraide tous et on est content pour les autres», précise celui qui est âgé de 12 ans, Victor Lafrenière, natif de Saint-Boniface.

Les jeunes sont unanimes, pour être un bon cow-boy, il faut avoir une capacité à bien gérer le stress et être positif en tout temps.

«Si on ne gagne pas, on doit rester confiant et apprendre de nos erreurs. On peut parfois être déçu, mais on ne se décourage pas et on se reprend aux autres rodéos», souligne Vincent Cossette, âgé de 9 ans.

La possibilité d'être blessé est bien présente dans le domaine du rodéo, mais les cow-boys en herbe n'ont pas peur de cette option. «On sait qu'on peut se faire blesser gravement, mais on ne pense pas à ça et on se dit que ça va bien aller, c'est tout», affirme celui qui est originaire de Saint-Tite, Vincent Cossette.

Les parents connaissent eux aussi les risques du métier, mais ils sont de tout coeur avec leur enfant dans cette aventure.

«On sait qu'il y a un certain risque de blessures, mais ils sont bien entourés dans tout ça. Avec ce sport, on valorise leur autonomie et on tente de leur montrer qu'il n'y a pas que la performance qui compte. C'est donc comme ça qu'ils prennent leur place et qu'ils apprennent la vie», confie la coordonnatrice aux communications du Festival et maman du jeune Vincent, Geneviève Frappier.

Malgré leur jeune âge, les quatre cow-boys souhaitent demeurer dans le domaine du rodéo dans le futur, pour certains comme cow-boys et pour d'autres, en tant qu'éleveur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer