Zoo de Saint-Édouard: «Une erreur est si vite arrivée»

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan,... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan, s'occupe lui-même de nourrir les animaux pour éviter d'exposer ses employés à un tel danger.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
Le Nouvelliste

L'attaque d'une lionne envers une jeune gardienne du Zoo de Granby ébranle bien évidemment la communauté des zoos du Québec. Le Zoo de Saint-Édouard n'y fait pas exception.

«Au Zoo de Saint-Édouard, on est très conscient du danger avec les animaux exotiques, car une erreur est si vite arrivée», avance son propriétaire, Normand Trahan.

Propriétaire d'animaux exotiques depuis peu, pas question pour M. Trahan d'exposer ses employés à de tels risques.

«C'est moi qui nourris les animaux, je suis le seul à avoir les clés. Avant de quitter un enclos, on vérifie toujours en double si les portes sont bien verrouillées», mentionne-t-il.

Difficile pour M.Trahan d'expliquer comment un triste événement comme celui du Zoo de Granby peut survenir.

«Je ne connais pas les circonstances exactes, ni depuis quand elle travaillait au Zoo de Granby, mais peut-être que c'est de l'inexpérience dans le domaine ou un manque de formation», avoue Normand Trahan.

Pour le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, il n'est pas question d'augmenter la sécurité du site malgré le triste événement. «On est sécuritaire à 100 % avec nos installations. On a des enclos très hauts et un système de guillotines pour nourrir les animaux, donc on n'est jamais en contact direct avec eux», souligne-t-il.

Avec un nouveau permis de parc zoologique obtenu l'an dernier, le Zoo de Saint-Édouard accueille plusieurs espèces d'animaux exotiques cette année.

Des léopards, des tigres, des lions blancs et des lions de couleur fauve, des zèbres, des babouins et des lémuriens ont donc été ajoutés à l'offre du Zoo de Saint-Édouard.

«Ça faisait longtemps que le public attendait ce virage. Avec les léopards par exemple, on n'en trouve pas partout, donc c'était très demandé», ajoute M. Trahan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer