La Cabane chez Nathalie en difficulté financière

Nathalie Simard et Lévis Guay ont fait le... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Nathalie Simard et Lévis Guay ont fait le point mercredi après-midi sur la situation financière de la Cabane chez Nathalie à la suite de l'annulation définitive de la Foire champêtre.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) À la suite de la saga entourant la Foire champêtre, les propriétaires de la Cabane chez Nathalie ont indiqué que la situation financière de l'établissement était précaire.

Nathalie Simard et son conjoint Lévis Guay ont en effet déclaré que leur entreprise avait enregistré une perte financière de plus de 100 000 $.

Considérant l'importance du montant perdu, les propriétaires ont contacté une firme privée afin d'en arriver à un accord avec leurs créanciers.

Ainsi, Mme Simard et M. Guay disposent de six mois pour restructurer l'entreprise, afin que celle-ci puisse stabiliser ses dettes. Avec ce délai, le couple espère poursuivre les activités de la cabane jusqu'au temps des sucres.

Au sujet de la somme impressionnante engloutie dans le projet, M. Guay explique que les nombreux dépôts de garantie, locations d'équipements et achats de nourriture ont coûté très cher.

«Pour la Foire, il fallait payer pour la scène, le terrassement, le chapiteau, le son, l'éclairage, les jeux gonflables, les artistes, la bouffe et la boisson. Tout ça demande une logistique. On ne peut pas gérer ces éléments en étant dans l'incertitude», déplore-t-il.

Aussi, le copropriétaire se désolait de ne pas pouvoir rentabiliser ses investissements; les réfrigérateurs sont en effet pleins à craquer.

Interrogé sur la possibilité de décaler l'événement en attendant la réponse de la Municipalité, M. Guay a simplement ajouté qu'il fallait arrêter d'accumuler les frais.

Par ailleurs, Nathalie Simard offrira deux spectacles intérieurs les 13 et 21 août. Elle précise cependant que, contrairement à la Foire champêtre, ces événements ne seront pas gratuits. L'entrée devrait coûter autour d'une trentaine de dollars. Mme Simard dit vouloir éviter que ses problèmes personnels ne viennent punir ses fans.

Quoi qu'il en soit, Mme Simard et M. Guay ont indiqué que ce n'était pas la fin pour la Cabane chez Nathalie.

«L'aventure se poursuit», conclut simplement Mme Simard.

Retour sur les conditions

Lundi soir, le conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc avait statué que la Cabane chez Nathalie pouvait de nouveau tenir la Foire champêtre, à condition de revoir l'horaire de l'événement et de limiter la pollution sonore. Les propriétaires devaient également obtenir l'accord du voisinage.

Mme Simard affirme avoir accepté ses conditions de bonne foi. Les choses se sont cependant compliquées le lendemain, alors que deux conseillers municipaux l'ont rencontrée.

«Le périmètre avait été élargi à une trentaine de voisins. De plus, il fallait faire valider notre entente par un vote anonyme. Or, les gens travaillent le jour, et cette manière de procéder aurait été compliquée. C'est sans compter qu'il fallait que le vote soit unanime», indique-t-elle. 

Cette révision des conditions rendait irréconciliable la procédure administrative et les délais nécessaires pour préparer la Foire. Il devenait alors hasardeux pour les propriétaires de poursuivre les démarches. 

«Si nous recevions une seule plainte, nous étions obligés de fermer. Nous nous retrouvions avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Le risque était trop grand pour seulement deux week-ends. C'est sans compter que nous étions assujettis à la météo», ajoute Mme Simard.

De son côté, M. Guay était déçu de la tournure que les choses avaient prise avec le conseil municipal. «Nous avions un appui moral de la Municipalité avant la Foire. Vous voyez ce que ça donne. Un appui moral ne vaut pas grand-chose quand on est entrepreneur», avise-t-il.

M. Guay a également précisé que les propriétaires avaient entrepris des démarches auprès d'une firme spécialisée dans le droit municipal afin de répondre à la manière selon lui inadéquate dont la Municipalité a traité le dossier de la Foire champêtre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer