Festival brassicole: la bière a coulé à flots

La température clémente a attiré des milliers de... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

La température clémente a attiré des milliers de personnes venues déguster la bière de l'une des huit microbrasseries présentes au parc Antoine-Gauthier dans le secteur Pointe-du-Lac.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'intérêt pour les bières de microbrasseries ne démord pas. Le Festival brassicole de la Mauricie avait peine à accueillir les milliers de personnes qui affluaient vers le parc Antoine-Gauthier dans le secteur Pointe-du-Lac. Malgré tout, l'évènement n'aspire pas à grossir, mais plutôt à poursuivre sa mission de démystifier la production brassicole.

Jessica Ropert et Annie-Claude Rouette ont passé leur... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Jessica Ropert et Annie-Claude Rouette ont passé leur dimanche après-midi à siroter un petit verre de bière au soleil.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Les nombreux visiteurs avaient de quoi sourire avec une bière à la main sous un soleil de plomb à proximité du fleuve Saint-Laurent. Quelque 2500 litres de bières ont été consommés au cours de la fin de semaine.

Des Îles-de-la-Madeleine à Saint-Tite, en passant par Carleton-sur-Mer, les propriétaires de huit microbrasseries s'affairaient à satisfaire les besoins des clients, mais prenaient également le temps de discuter avec eux. Une opportunité que tous les festivals n'offrent pas.

«Comparativement aux gros festivals où tu fais juste servir de la bière tout le temps, c'est plus agréable des petits festivals comme ça», estime Éric Viens, copropriétaire des Fous Brassant à Rivière-du-Loup.

L'entreprise a démarré en 2012 et le Festival brassicole fait partie de son horaire estival depuis trois ans déjà. Le rendez-vous est devenu incontournable. «Ici, on a le temps de jaser avec les clients et d'échanger. Comme brasseur, c'est bien d'avoir un feed-back sur mes bières. Je perds généralement la voix après trois jours, mais c'est pas grave», rigole-t-il. Il estime à 340 le nombre de litres qu'il a écoulés durant les trois jours de l'évènement.

Ce dernier apprécie également la proximité avec les producteurs qu'offre le festival. «On est une petite microbrasserie et on apprécie que le festival regroupe des vendeurs de semences d'orge biologique, des agriculteurs et des microbrasseries. On voit la chaîne au complet», remarque-t-il.

Cette proximité, le coordonnateur de l'évènement souhaite la conserver, d'où son désir de ne pas accueillir des microbrasseries à l'excès au festival.

«On a huit microbrasseries cette année. Notre but, ce n'est pas d'en avoir 50. On veut des gens qui sont intéressés à travailler avec nous et à collaborer», explique Alain Valois, qui agit également à titre de président de Bio Malt Mauricie.

Déjà, il prévoit que quelques microbrasseries s'ajouteront pour la prochain édition. «L'année prochaine, il y aura encore plus de microbrasseries, parce qu'on a de nouveaux clients qui embarquent en utilisant l'orge qui est faite au Québec et qui est biologique», un critère à respecter pour prendre part à l'évènement.

M. Valois estime que l'industrie de la bière de microbrasseries se porte très bien au Québec. «On compte au-dessus de 150 microbrasseries. À chaque mois, on entend parler d'une nouvelle microbrasserie qui est en train de décoller», rappelle-t-il.

«Ça continue de progresser. On voit notre volume de grains de plus en plus en demande. Il y a une explosion de la demande du biologique. L'achat local devient de plus en plus intéressant alors il faut proposer des produits de qualité», plaide-t-il.

Encore une fois, la programmation allait bien au-delà de la dégustation de bières alors que divers ateliers culinaires ont été proposés aux participants. Plusieurs produits du terroir étaient également offerts en dégustation, dont des fromages et des beignes à la bière.

En 2015, la troisième édition avait attiré 4000 personnes. Avec l'achalandage de cette année, M. Valois croit que ce chiffre sera largement dépassé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer