Fin abrupte de la foire champêtre: rencontre lundi avec les élus

La rencontre de lundi pourrait déterminer si les... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La rencontre de lundi pourrait déterminer si les gens reverront le chapiteau qui servait à la Foire champêtre de la Cabane chez Nathalie.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Si les plaintes pour le bruit auront eu raison de sa Foire champêtre organisée pendant deux fins de semaine près de sa cabane, Nathalie Simard pourra néanmoins se faire entendre lundi prochain, en après-midi, auprès des élus de Saint-Mathieu-du-Parc.

«Au cours de cette rencontre, nous entendons faire valoir nos points dans l'espoir de pouvoir poursuivre les activités de notre événement familial et touristique», a fait savoir la chanteuse via les réseaux sociaux. Initialement, l'activité, lancée le 15 juillet, devait s'étendre jusqu'au 14 août.

Pour celle-ci, il s'agit d'une première étape visant à «voir ce dossier connaître un développement heureux». «Indépendamment de la décision qui aura été prise au terme de cette rencontre, la population et les médias sont invités à assister et participer à l'assemblée publique du conseil municipal qui aura lieu à 19 h. Nous vous attendons en grand nombre afin que vous puissiez vous faire entendre et nous donner l'occasion de vous remercier personnellement de votre appui à notre endroit qui n'a pas été vain», a-t-elle écrit. Des centaines de personnes avaient signé une pétition en ligne afin de soutenir sa cause.

Le maire Claude Mc Manus a confirmé que la rencontre avait été demandée par les promoteurs. «La politique du conseil a toujours été d'écouter les citoyens et quand on a des demandes, on les écoute toutes», a-t-il confié au Nouvelliste.

Selon lui, «il faut qu'on se parle de toute façon». «On ne ferme pas la cabane à sucre, mais juste une activité. Il y a des choses à régler à la cabane. On va parler de ça. Les gens ne comprennent pas le rôle d'une Municipalité dans le cheminement d'un dossier comme celui-là», a expliqué le premier magistrat.

Et les gens ne doivent pas s'attendre à ce que le chapiteau soit érigé la semaine prochaine à la suite de cet échange. «Ce n'est pas le but de la rencontre. Par rapport au bruit, je ne pense pas qu'on change notre optique. C'est l'un des éléments principaux du dossier, mais c'est un petit peu comme une conséquence, parce que le fin fond du dossier, c'est qu'ils sont dans une zone agricole», a rappelé M. Mc Manus.

À son avis, «il faut qu'on s'explique mutuellement nos responsabilités, mais eux ont une démarche à faire pour qu'on puisse changer ce zonage-là afin de leur permettre certaines activités, même à l'intérieur de la cabane. «Il faut voir c'est quoi leurs projets», a-t-il ajouté.

Ce dernier s'attend à ce que le sujet soit abordé lors de la période des questions, lundi soir, à la séance publique. «On va faire une mise au point. On va expliquer aux gens notre position», a-t-il conclu.

Rappelons que l'annonce avait créé tout un émoi sur les réseaux sociaux alors qu'elle a provoqué plus de 250 commentaires et a été partagée plus de 750 fois. Pas plus tard que vendredi, le nombre de signatures sur la pétition pour ramener la Foire champêtre à Saint-Mathieu-du-Parc s'élevait à un peu plus de 1800.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer