Une relève assurée pour l'industrie fromagère

Renée Landry, Fromagerie du pied-de-vent aux Îles-de-la-Madeleine, Marie-Claude... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Renée Landry, Fromagerie du pied-de-vent aux Îles-de-la-Madeleine, Marie-Claude Harvey, Fromagerie F.X. Pichet et Normand Côté, président de l'Association des fromagers artisans du Québec.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Champlain) C'est indéniable: les fromages fins ont la cote au Québec. Des milliers d'épicuriens se sont d'ailleurs laissés tenter par les nombreuses dégustations offertes lors du Festival des fromagers artisans du Québec qui se déroulait à Champlain cette année. Quant aux producteurs fromagers, il semble que ceux-ci puissent compter sur une relève jeune et motivée pour assurer la pérennité du marché.

Selon le président de l'Association des fromagers artisans du Québec, Normand Côté, l'industrie des fromages fins se porte bien et est en légère croissance, mais il constate que celle-ci est en pleine mutation. En effet, des dizaines d'entreprises procèdent présentement à la passation des rênes vers la génération plus jeune. M. Côté confirme que ce phénomène se produit partout au Québec. «Ce sont toutes des entreprises qui sont en changement, qui accueillent une nouvelle génération. C'est innovateur. Je n'ai pas vu beaucoup d'entreprises qui n'ont pas une relève pour reprendre la fromagerie», reconnaît-il.

«Dans l'industrie du fromage, il se fait des choses intéressantes. C'est quand même des bons revenus alors la relève est intéressée», avance-t-il, à propos de leurs motivations.

Cette consolidation des entreprises permettra peut-être de mieux se défendre contre l'arrivée massive des produits européens qui prendront bientôt d'assaut les comptoirs de fromages du Québec. Une entrée facilitée par la ratification de l'Accord économique et commercial global (AECG) avec l'Union européenne qui pourrait se faire en 2017.

Selon les Producteurs de lait du Québec, c'est jusqu'à 30 % du marché des fromages fins que l'Europe pourrait occuper dans la province. Pour Normand Côté, il est donc primordial que les artisans fassent connaître leurs produits et sensibilisent le consommateur aux produits locaux.

«C'est sûr que ça va nuire à l'industrie. Le festival, c'est une façon comme une autre de se défendre face à ça. Il faut sensibiliser le consommateur au fait qu'on existe, qu'il faut venir nous voir. Il faut se démarquer en essayant d'avoir une couleur locale, c'est une façon pour nous de tirer notre épingle du jeu», confirme M. Côté, qui est lui-même fromager artisan.

«Il faut que les gens nous connaissent de plus en plus pour ne pas se refermer sur nous-mêmes. C'est là qu'on va se faire manger. C'est pour ça qu'on se promène d'une région à l'autre pour dire aux gens: c'est ça les fromages du Québec. On n'a pas les moyens pour faire de la publicité, alors on prend des moyens simples pour arriver au même résultat.»

Une 6e édition à Champlain

La fromagerie F. X Pichet a d'ailleurs trouvé le moyen de se démarquer en gagnant plusieurs prix à l'échelle nationale et même internationale qui ont récompensé, entre autres, le fameux Baluchon. Pour la 6e édition, il était donc tout naturel pour le festival itinérant de venir faire un tour à la ferme de la fromagerie située à Champlain. «C'est une entreprise de renommée. Ça faisait plaisir aux fromagers de se faire recevoir ici», admet M. Côté. 

La directrice générale de la fromagerie hôte espérait depuis plusieurs années que le festival se déroule à Champlain. «Je suis très fière de pouvoir accueillir ceux qui travaillent comme nous, des producteurs fermiers qui font des fromages excellents de différentes régions du Québec. C'est un honneur pour nous», insiste Marie-Claude Harvey qui souhaite que les gens suivent le chemin du fromage, de la ferme à la table. L'agriculture biologique et la production de fromages fermiers ont fait l'objet de plusieurs ateliers durant les deux jours de l'événement. 

Les exposants provenaient des quatre coins du Québec, dont trois du Saguenay et un des Îles-de-la-Madeleine qui a participé à toutes les éditions antérieures du festival. Selon le président de l'Association, cet événement est une opportunité sans précédent pour faire connaître les produits du terroir et l'ensemble de la production fromagère artisanale. «Dans d'autres entreprises qui ont accueilli le festival, ça a toujours généré des augmentations de chiffre d'affaires à la ferme. Ça augmente beaucoup l'achalandage», se réjouit-il. Les éditions précédentes du Festival avaient accueilli plus de 10 000 visiteurs et les organisateurs espèrent avoir atteint cet objectif cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer