Luc Trudel quitte le Séminaire Sainte-Marie

Luc Trudel... (Francois Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Trudel

Francois Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le directeur général du Séminaire Sainte-Marie (SSM), Luc Trudel, quitte ses fonctions au sein de l'institution scolaire. Le conseil d'administration de l'école a annoncé le départ de M. Trudel vendredi, par voie de communiqué. Il s'agirait d'une décision commune du conseil et du directeur sortant.

Cela faisait tout juste un an que l'ex-député péquiste de Saint-Maurice était à la tête de l'établissement. Son règne aura cependant été de courte durée: des modifications récentes dans les principes de gouvernance de l'école ont forcé les administrateurs à tenir une rencontre avec M. Trudel pour discuter de la suite des choses.

Précisément, la décision de remplacer le directeur du SSM survient à la suite d'un changement organisationnel au niveau du personnel cadre de l'école. En effet, l'actuelle directrice des services pédagogiques, Johanne Laverdière, prendra sa retraite le 22 septembre prochain. Or, plutôt que de remplacer Mme Laverdière, les responsables ont choisi d'apporter des changements à l'organigramme de l'institution. Ce remaniement a donné lieu à une fusion des postes de directeur général et de directeur des services pédagogiques.

Toutefois, ce changement exige que la personne qui occupe ce nouveau poste possède des compétences non seulement en gestion, mais aussi en pédagogie. Cette situation devenait alors problématique pour M. Trudel: à l'origine, ce dernier avait été engagé par le SSM pour ses compétences en gestion et en développement des affaires (M. Trudel est diplômé en gestion de l'Université McGill). Les nouvelles exigences de l'emploi concordaient alors beaucoup moins avec le profil du directeur général.

C'est pour cette raison que M. Trudel, d'un commun accord avec le conseil d'administration, a convenu de laisser sa place à une personne dont les compétences sont davantage axées sur la pédagogie. Il n'en reste pas moins que, même si son incursion dans le monde de l'éducation a été brève, le directeur aura été apprécié par le personnel de son alma mater. «Je remercie M. Trudel pour l'expertise et la rigueur qu'il a apportées au Séminaire. C'est un ancien élève et un parent totalement dévoué à notre école», déclare Martin Pelletier, président du conseil d'administration.

En attendant la nomination d'un nouveau directeur général, l'intérim sera assumé par Mme Laverdière, qui, rappelons-le, est directrice des services pédagogiques. L'affichage pour le poste se fera au cours des prochains jours.

Quel avenir pour le SSM?

Pour la rentrée 2016, environ 200 élèves sont inscrits à l'institution secondaire privée de Shawinigan. Il s'agit d'une quarantaine d'élèves de moins qu'à la rentrée de l'an dernier. Afin d'attirer davantage de jeunes, le SSM a même mis sur pied deux programmes de bourses pour permettre aux candidats moins fortunés de faire partie de la communauté scolaire. Il n'en reste pas moins que seulement sept classes seront formées.

Dès qu'il y a moins de 250 inscriptions, le Séminaire n'est pas rentable. De plus, la fondation n'a plus les moyens de soutenir financièrement l'école.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer