Une croix sur Rio

Matthew Sigouin ne s'envolera finalement pas à Rio... (Olivier Croteau)

Agrandir

Matthew Sigouin ne s'envolera finalement pas à Rio en août prochain, aux Jeux Olympiques, en tant que bénévole.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors que trois bénévoles de la Mauricie devaient se rendre aux Jeux olympiques de Rio dans les prochaines semaines, deux d'entre eux ne seront pas de la partie. C'est le cas de Matthew Sigouin, qui n'en était pas à ses premiers Jeux olympiques en tant que bénévole et qui a pris la lourde décision de se désister pour une question de sécurité, il y a quelques jours seulement.

Le virus Zika est un élément qui fait peur à plusieurs athlètes. La semaine dernière, plusieurs golfeurs dont Jason Day, Rory McIlroy et Hideki Matsuyama ont abandonné les Olympiques en raison de ce virus. Même son de cloche du côté du joueur de tennis Milos Raonic qui s'est lui aussi retiré des Jeux olympiques la semaine dernière.

Pour Matthew Sigouin, ce n'est pas le Zika, mais bien la sécurité qui était au coeur de ses priorités. «J'ai pris ma décision, vendredi dernier, mais j'y pensais depuis le mois de juin. Je m'étais moi-même donné un échéancier pour me décider et j'ai pris ma décision pour ma propre sécurité, en raison du contexte sociopolitique et de certaines manifestations sur le terrain», confie-t-il.

Le comité olympique a d'ailleurs pris des précautions et a avisé les athlètes et les bénévoles des mesures de sécurité à prendre sur le terrain pendant leur séjour. «Beaucoup de gens se retirent présentement des Jeux, même certains athlètes. Mais si je compare avec mes autres Olympiques en tant que bénévole, je dirais que c'est le bordel avec l'organisation présentement. C'est difficile de pouvoir communiquer avec eux», estime-t-il.

Si la décision a été difficile à prendre pour Matthew Sigouin, rien ne l'empêche de penser aux prochains Jeux olympiques de 2018, où il souhaite être encore une fois bénévole. «C'est difficile de prendre une telle décision, mais je vais vivre avec, je commence déjà à viser les Olympiques de 2018. Je dirais même que je vais pouvoir profiter de l'expérience que j'ai acquise avec la formation en ligne lors des prochains jeux», soutient celui qui est gérant au restaurant Le Buck à Trois-Rivières.

La famille de Matthew Sigouin, pour sa part, se réjouit de cette nouvelle. «Mon père est venu me voir il y a une semaine alors que je me questionnais et il m'a avoué qu'il était inquiet de mon départ. Quand j'ai fait le choix de me retirer, il a trouvé que j'avais pris la bonne décision», avoue Matthew Sigouin.

Julie Bournival qui devait elle aussi se rendre à Rio en août prochain a quant à elle dû se retirer il y a plusieurs semaines, en raison de problèmes de santé.

Ève Mailhot, sera finalement l'unique bénévole de la Mauricie à se rendre sur place dans les prochaines semaines. «Je suis vraiment décidée à aller à Rio, oui c'est certain que je vais prendre les précautions nécessaires pour ma sécurité, mais si je pensais juste aux événements tragiques qui pourraient arriver, je ne voyagerais jamais», mentionne-t-elle.

Celle qui fera partie de l'équipe de bénévoles pour la première fois explique que le Comité olympique se fait rassurant et prend toutes les précautions pour assurer la sécurité des bénévoles et des athlètes qui se rendent aux Jeux olympiques.

Si son choix de se rendre à Rio en août est bien campé, Ève Mailhot comprend le choix de Matthew Sigouin. «Si je suis surprise de sa décision? Oui et non. Je peux comprendre sa décision à cause de certaines obligations, mais c'est différent pour tout le monde, car chacun vit ça personnellement», avoue-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer