Un hommage sera rendu à Michaël Lapointe

Johanne Brodeur et Pierre Lapointe rendront hommage à... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Johanne Brodeur et Pierre Lapointe rendront hommage à leur fils à la chapelle de Doheny. Ils feront bénir une croix qui sera installée, plus tard cet été, sur les lieux du drame.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Quelques mois à peine se sont écoulés depuis le décès tragique de leur fils, Michaël Lapointe, alors que sa voiture a plongé dans la rivière du Milieu. La douleur et la peine de Pierre Lapointe et Johanne Brodeur sont encore aussi intenses que le jour où on leur a annoncé la nouvelle. En début de semaine prochaine, le couple rendra hommage à leur fils à quelques pas du drame lors d'une cérémonie.

La croix, fabriquée par les amis de Michaël... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La croix, fabriquée par les amis de Michaël Lapointe, sera bénie lors de la cérémonie du 18 juillet.

Courtoisie

«Doheny, c'était sa place. On a un chalet là-bas, il était souvent rendu là», explique le père de Michaël Lapointe.

C'est pour cette raison qu'on a choisi de lui rendre hommage à cet endroit, quelques jours après la date de son anniversaire de naissance où il aurait célébré ses 22 ans. La cérémonie aura lieu dans la petite chapelle de Doheny le 18 juillet.

«C'était difficile d'avoir une date, et là on savait que le curé se déplaçait pour une dame, alors on a décidé de se joindre à eux pour la messe. [...] Ça ne fait pas un an, mais on tenait à ce que ce soit là. Pendant la messe, on va faire bénir la croix qu'on va mettre sur le pont plus tard cet été», explique Pierre Lapointe.

On appréhende déjà le moment. D'ailleurs, les parents du jeune étaient encore très émotifs au moment de se confier au Nouvelliste. «J'ai beaucoup de difficulté à en parler, je suis extrêmement émotive. On dirait que c'est pire. [...] C'est toujours douloureux. Chaque moment, chaque instant, on s'ennuie. Il nous manque, c'est épouvantable. Le vide est terrible», lance en larmes Johanne Brodeur.

Procédures judiciaires

L'enquête de la Sûreté du Québec concernant le triste accident du 30 septembre dernier avait été relancée en février dernier après la sortie médiatique des parents de la victime qui criaient haut et fort à l'injustice.

«On a été beaucoup soulagé quand ils ont rouvert l'enquête. Maintenant ça leur appartient. Au début, il y a de la rage, de la rancoeur et tout ça. Maintenant, ça ne nous appartient plus. Au début, on était vraiment choqué de jouer à la police, c'est nous autres qui prenions les photos... Là, on a pris là-dessus. À ce moment-là, il nous restait seulement à prendre soin de nous. Sur mes épaules, ça a enlevé un énorme poids», affirme Johanne Brodeur.

L'enquête de la Sûreté du Québec est toujours en cours. La porte-parole de la SQ, Annie Thibodeau, a confirmé que certains éléments étaient déjà sur le bureau du procureur.

Pour les parents de la victime, les attentes sont grandes. On espère depuis le début que des accusations seront portées.

«Je m'attends à de bons résultats. Je vais être très déçu s'il n'y a pas d'accusations. Ça va être un dur coup si ça ne va pas en notre faveur. Ça va prendre des explications. Est-ce qu'on va vraiment laisser un message que n'importe qui peut faire n'importe quoi n'importe comment en forêt?», se questionne Pierre Lapointe.

«Notre but, c'est que personne d'autre ne revive ça. C'est tellement difficile. Ce qu'on veut c'est que ça ne se reproduise plus à cause de négligence», ajoute sa conjointe.

Rappelons qu'un terrible accident a coûté la vie à Michaël Lapointe en septembre dernier. Sa voiture a sombré dans la rivière du Milieu après une sortie de route sur un chantier abandonné par un entrepreneur, aux abords du pont qui, selon toute vraisemblance, ne nécessitait aucune réparation.

«On a le sentiment de devoir accompli de notre côté. La dernière chose que je pouvais faire pour lui va être faite. On ne pouvait pas laisser ça comme ça. On a hâte que ça aboutisse parce que c'est une grosse barrière dans notre deuil. Tant que ce n'est pas réglé on a un blocage. Quand ce sera réglé on pourra mettre l'enquête derrière nous. Présentement, on a toujours espoir», a conclu le couple.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer