Pyrrhotite: le fédéral verse finalement l'aide aux victimes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le 6 avril dernier, le premier ministre Justin Trudeau annonçait une aide de 30 millions de dollars pour les victimes de la pyrrhotite. Il aura cependant fallu attendre trois mois pour que le montant soit transféré. Une délégation de députés a en effet confirmé lundi après-midi l'octroi du premier versement, d'un total de 10 millions de dollars.

François-Philippe Champagne et Steeve Guy étaient visiblement satisfaits... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

François-Philippe Champagne et Steeve Guy étaient visiblement satisfaits que l'aide financière du fédéral ait enfin été versée au fonds d'aide aux victimes de la pyrrhotite. 

François Gervais

Un éclairci dans le dossier de la pyrrhotite... (François Gervais) - image 1.1

Agrandir

Un éclairci dans le dossier de la pyrrhotite : le gouvernement fédéral a finalement effectué le premier versement de l'aide financière de 30 millions de dollars pour venir en aide aux victimes.

François Gervais

Le moins qu'on puisse dire, c'est que la nouvelle était attendue avec impatience dans la région, en particulier chez les victimes. On comprend alors pourquoi les parlementaires étaient enjoués au moment d'annoncer la bonne nouvelle. Le député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, était sur place pour représenter le gouvernement fédéral.

Il était accompagné des députés provinciaux Marc H. Plante (Maskinongé), Pierre Giguère (Saint-Maurice) et Pierre Michel Auger (Champlain). La ministre provinciale responsable de la région, Julie Boulet, et le député provincial de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, n'ont pu se rendre sur place, ceux-ci étant en visite chez Machineries Pronovost de Saint-Tite. 

Les représentants gouvernementaux n'ont pas caché leur satisfaction face à la signature de l'entente sur l'aide aux victimes de la pyrrhotite. Le député de Saint-Maurice-Champlain n'a pas manqué de réaffirmer que ce dossier était une priorité pour son gouvernement. «On a pris un engagement, et on a reconnu que c'était une situation extrêmement difficile pour les familles. Être capable de dire qu'aujourd'hui l'argent est enfin disponible, c'est une bonne nouvelle pour toutes les victimes de la pyrrhotite, ici, en Mauricie», déclare M. Champagne. 

L'aide financière du fédéral permettra de venir en aide à 200 familles dont le foyer est contaminé par la pyrrhotite. Aussi, puisque l'argent est désormais accessible aux victimes, les travaux pourraient commencer dès la semaine prochaine. L'élan des victimes pourrait cependant être stoppé par la hausse de la demande de contrats et les vacances de la construction. Steeve Guy, coordonnateur de la coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, se veut malgré tout rassurant à ce sujet. «C'est encore possible, mais ça dépend toujours de la disponibilité que les entrepreneurs vont avoir», affirme M. Guy.

Bien que la nouvelle suscite des réactions positives, la lenteur des procédures a été évoquée lors du point de presse. À ce sujet, les députés ont rappelé que le processus entourant ce genre d'entente était long à réaliser, puisqu'il fallait que celle-ci soit approuvée par les deux paliers de gouvernement.

M. Plante a même eu recours au jeu de la comparaison pour décrire les démarches. «C'est comme un contrat de mariage, mais d'une durée trois ans.»

Pour le représentant fédéral, il était plus que temps que le gouvernement vienne en aide aux victimes. «Il est important que les familles reçoivent l'aide dont elles ont besoin le plus tôt possible. C'est un drame économique et humain. C'est pourquoi le gouvernement fédéral a travaillé étroitement avec le gouvernement du Québec pour que le financement soit fourni par l'entremise d'un programme d'aide financière provincial existant», affirme M. Champagne. 

Pour procéder à l'annonce officielle, les dignitaires gouvernementaux se sont déplacés à la résidence d'Éric Baril, ce même propriétaire qui avait été visité par le premier ministre canadien au mois d'avril. Il avait également accueilli Le Nouvelliste à son domicile la semaine dernière. «C'est beaucoup d'attention. Je ne suis pas habitué à ça et je ne m'y attendais pas non plus», déclare M. Baril. Le propriétaire, qui a commencé les travaux sur sa maison la semaine dernière, était visiblement content d'être finalement débarrassé de la pyrrhotite. À la conclusion de son épopée, M. Baril a confié ses états d'âme au journal.

«Je suis bien content d'arriver à la fin de l'épreuve. Je garde cependant un peu d'amertume, car le processus a été long. J'ai reçu l'aide d'urgence il y a deux semaines, mais c'était le temps il y a trois mois, au moment de l'annonce du fédéral. [Puisque l'aide arrive seulement maintenant], certains propriétaires seront obligés de lever leur maison à l'automne, et d'autres ne la lèveront même pas cette année. Je comprends que les gouvernements ont des processus lourds, mais [ça n'excuse pas le délais].»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer