Heidi Levasseur nagera de Roberval à Tadoussac

La Trifluvienne Heidi Levasseur... (Le Soleil)

Agrandir

La Trifluvienne Heidi Levasseur

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La «Sirène du Québec», Heidi Levasseur, sera de retour au Saguenay à la mi-juillet, alors qu'elle s'apprêtera à relever un autre défi d'envergure qui lui servira de préparation pour son ultime défi: la Traversée de l'Atlantique à la nage en 2018. La Trifluvienne plongera donc dans les eaux du lac Saint-Jean, le lundi 18 juillet, à Place de la Traversée à Roberval pour amorcer un périple de près de 300 km qui la mènera jusqu'à Tadoussac dix jours plus tard.

Heidi Levasseur est en pays de connaissance au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Notamment de par sa mère qui est originaire de La Baie, mais aussi parce qu'elle n'en est pas à ses premiers exploits. La Trifluvienne avait réussi la Traversée du lac Saint-Jean en 1996. Après deux autres tentatives (1998 et 2009) infructueuses, elle était de retour en 2010 pour réaliser un tour du lac à la nage en cinq jours tout en contribuant à une bonne cause. Cette fois-ci, elle en rajoute avec la descente de la rivière Saguenay d'Alma jusqu'à Tadoussac.

«C'est une région que j'affectionne particulièrement. J'avais fait la descente du Saguenay, mais pas la portion jusqu'à Tadoussac», explique celle qui a, entre-temps, nagé entre Québec et Matane (2011) et entre Longueuil et Lévis (2015). Puisqu'il s'était écoulé quelques années depuis son dernier passage, elle a décidé de profiter de l'occasion pour tester certains éléments qu'elle compte utiliser pour son grand projet: devenir la première femme et la première personne à faire la Traversée de l'Atlantique sans élément de propulsion.

«Un Américain l'avait fait en 1998 à l'aide de palmes. C'est un grand défi et il y a plusieurs éléments techniques à résoudre. C'est plus que physique. Le challenge au Saguenay-Lac-Saint-Jean me permettra de vérifier et de tester certains éléments. Ça représente à peine un dixième du projet Atlantique de 2018, mais c'est encore de l'expérience qui s'ajoute», fait valoir Heidi Levasseur.

Financement

Le projet Lac-Saint-Jean/Saguenay/Tadoussac sera aussi l'occasion de lancer une collecte de fonds pour la planification et l'organisation des deux prochaines années en vue de réaliser son grand rêve. Pour l'aider, trois artistes réputés produiront chacun une oeuvre d'envergure et des reproductions de plus petits formats qu'elle pourra vendre pour financer son projet. Heidi Levasseur refuse toutefois de dévoiler les noms des artistes.

Durant son périple, Heidi Levasseur prévoit aussi participer à des activités populaires qui sont intégrées à son programme à chacune de ses étapes. Parce qu'au-delà de la performance physique, Heidi Levasseur s'est donné comme mission d'inspirer le dépassement de soi, le courage, la persévérance et l'espoir auprès des jeunes et moins jeunes qui croiseront sa route.

Par exemple, à Métabetchouan, elle rencontrera des jeunes des camps de jour qui pourront l'encourager en allant poser une écaille sur une sirène. Les jeunes pourront aussi lui confier leurs rêves en les écrivant dans un contenant.

«J'apporterai leurs rêves à la mer et les dieux de la mer vont les aider à les réaliser», image-t-elle en entrevue téléphonique. «(Ce volet) me permet de sentir que j'accomplis ma mission, que je suis utile et que je contribue à quelque chose», souligne-t-elle. «C'est un projet rassembleur. J'aime les défis et j'aime nager et me dépasser, mais c'est aussi un message que je transmets.»

Heidi Levasseur partira de Place de la Traversée sur le coup de 8 h 30, le 18 juillet. On pourra suivre sa progression par l'entremise de son site www.heidilevasseur.ca et sur Facebook Sirène du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer