Trois-Rivières sur Saint-Laurent: des berges menacées par l'érosion?

Jocelyn Landry, un citoyen de Trois-Rivières, s'inquiète de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jocelyn Landry, un citoyen de Trois-Rivières, s'inquiète de l'érosion des berges du site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les berges du site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent du côté du Saint-Maurice seraient menacées par l'érosion. C'est du moins ce qu'affirme Jocelyn Landry, un citoyen préoccupé par cette situation et qui n'hésite pas à prendre les grands moyens en plantant lui-même des arbres «clandestinement» sur cet ancien site industriel.

Le Nouvelliste a accompagné Jocelyn Landry lors d'une visite des berges de Trois-Rivières sur Saint-Laurent. Il a voulu montrer l'évolution de la dégradation d'une partie de ces berges situées du côté de la rivière Saint-Maurice. À cet endroit, des plaques de gazon se détachent du terrain pour s'engouffrer tranquillement dans la pente abrupte menant à la rivière.

«On voit les morceaux du terrain qui s'effritent de plus en plus», affirme Jocelyn Landry, un citoyen qui a fait l'objet d'un reportage du Nouvelliste en 2011 alors qu'il s'inquiétait déjà de la situation. «C'est pour ça que j'ai planté plusieurs arbres. Je veux protéger les berges. Si on ne le fait pas, elles vont se retrouver tôt ou tard dans la rivière.»

Le secteur problématique selon M. Landry est celui situé devant le chantier de construction du nouvel immeuble de l'Adresse sur le fleuve, à l'endroit où il n'y a plus de grands arbres. De plus, il est possible de constater un léger renflement des berges vers l'intérieur du site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent entre les arbres restants. En raison des orages du 20 juin dernier, un des arbres situés devant l'actuel immeuble à condos de l'Adresse sur le fleuve a été victime de la foudre et a dû depuis être abattu.

L'érosion des berges à cet endroit est causée par trois facteurs, note Jocelyn Landry. «Il y a d'abord les vagues causées par la navigation, les changements climatiques et les animaux, comme les marmottes ou les mulots», précise-t-il. «Des câbles d'acier ont autrefois été installés pour retenir les berges, mais plusieurs de ces câbles sont maintenant tendus au maximum ou même cassés en raison du déplacement des berges.»

Consciente qu'il y a une problématique d'érosion des berges sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, la Ville de Trois-Rivières avoue qu'elle suit la situation de près. «Nous surveillons la situation, mais pour l'instant, ça ne requiert pas de travaux», précise Yvan Toutant, le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

Des travaux ont toutefois eu lieu ces derniers temps sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent. Autorisés par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, ces travaux visaient cependant les berges du fleuve Saint-Laurent, derrière l'Amphithéâtre Cogeco.

«On a adouci un peu la pente et on a fait de la plantation d'arbustes et de plantes de toutes sortes. Nous voulons que ces plantes fassent suffisamment de racines pour solidifier les berges», explique Yvan Toutant. «Nous ne prévoyons pas de nouveaux travaux pour les berges de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.»

Située de l'autre côté de la rivière, l'île Saint-Quentin est également touchée par un problème d'érosion des berges. Depuis plusieurs années, des interventions sont réalisées afin de limiter ce phénomène naturel amplifié par les vagues engendrées par la navigation. «Nous surveillons toujours l'île Saint-Quentin de très, très près», note le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières. «Nous avons fait de la plantation sur l'île pour limiter l'érosion. C'est un endroit problématique.»

C'est bien connu, une végétation abondante favorise la rétention des berges. Cette mesure est d'ailleurs obligatoire, rappelle la Ville de Trois-Rivières.

«La végétation est la meilleure solution contre l'érosion des berges. Si un propriétaire veut couper des arbres ou des arbustes sur les berges, il doit demander un permis», soutient le porte-parole de la Ville qui ajoute que les permis ne sont normalement donnés que lors de situations exceptionnelles, comme lorsque des arbres sont malades.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer