Pyrrhotite: les travaux peuvent commencer

Éric Baril a commencé les travaux.... (François Gervais)

Agrandir

Éric Baril a commencé les travaux.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Avec l'aide financière de 5 millions de dollars annoncée par le gouvernement provincial la semaine dernière, certains propriétaires touchés par la pyrrhotite ont enfin pu entreprendre le remplacement de leur solage. Après plusieurs mois d'immobilité dans le dossier du béton contaminé, le soulagement est palpable chez les victimes. C'est le cas, entre autres, d'Éric Baril qui n'a pas hésité une seconde à prendre sa masse pour détruire les fondations de sa maison.

Le 30 juin dernier, la Ville de Trois-Rivières rencontrait les propriétaires victimes de la pyrrhotite pour leur annoncer que le provincial avait transféré les fonds. Conséquemment, des propriétés ont été visitées par des inspecteurs au cours de la journée de lundi. Les cas «urgents» pouvaient alors commencer leurs rénovations.

Éric Baril avait fait sa demande d'aide financière il y a un an et demi. Or, à l'instar de bien d'autres, il se heurtait à un fonds d'aide aux victimes asséché. Après des mois à attendre qu'on lui octroie l'argent et les autorisations nécessaires aux travaux, c'est finalement mardi qu'il a reçu son permis de construction. Il n'a donc pas perdu de temps. Étant donné l'état déplorable du béton, il apparaissait évident que les travaux étaient importants. «Il va falloir stabiliser la maison, puis la lever. Ensuite, il faudra arracher le béton contaminé avant de refaire les fondations», explique M. Baril.

Plusieurs expertises seront donc nécessaires pour corriger la situation.

Si M. Baril assume lui-même les tâches reliées à la construction, il a notamment dû faire appel à une compagnies de coffrage pour s'occuper des fondations et à une compagnie spécialisée pour faire soulever sa maison.

Bien que les victimes de la pyrrhotite puissent se mettre à l'ouvrage, un autre obstacle pourrait se dresser sur leur chemin: les vacances de la construction. Il reste en effet peu de temps avant que les entrepreneurs prennent congé. Les délais sont donc serrés pour les particuliers qui voudraient réaliser leurs travaux avant que le secteur de la construction parte se reposer. 

D'autre part, il est impensable de soulever des propriétés et de les laisser à l'abandon pour deux semaines. Le temps est donc compté. À ce chapitre, Éric Baril a l'avantage de ne pas avoir perdu de temps. «On m'a affirmé que la maison serait rassise pour les vacances», précise-t-il. 

Pour sa part, Alain Gélinas, président de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, craint que la situation ne cause du retard dans les travaux. «Avec les vacances de la construction, il se pourrait que le gros du travail ne se fasse qu'à partir d'août. Or, de cette manière, il ne resterait que trois mois pour compléter le tout [avant que le temps froid n'arrive]», déclare-t-il.

Parlant de vacances, la question de l'hébergement en cours de travaux peut paraître préoccupante pour les victimes. 

Pour Éric Baril, la solution se trouvait dans le congé estival. «Il est possible de rester à domicile pendant les travaux, mais il y a beaucoup de frais associés. Il faut notamment installer un accès à la maison, un égout temporaire et des entrées d'eau. J'ai plutôt décidé de louer un terrain de camping. Ainsi, ma famille peut profiter de la plage, et moi je peux m'occuper des travaux en voyageant matin et soir», raconte-t-il.

En attendant le fédéral

Au sujet de l'aide promise par le gouvernement fédéral, la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite attend des nouvelles avec impatience. Alain Gélinas se montre d'ailleurs confiant à cet égard. «Le montant aurait été transféré au Québec, il ne manquerait que quelques signatures. Vous savez ce que c'est, la bureaucratie!» 

Rappelons que le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé une contribution de 30 millions de dollars sur trois ans pour aider les victimes de la pyrrhotite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer