Pour avoir parlé aux médias, il risquait la suspension

Yannick Lupien, ancien athlète olympique en natation devenu... (François Gervais)

Agrandir

Yannick Lupien, ancien athlète olympique en natation devenu pompier, risquait la suspension pour avoir parlé aux membres des médias.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que le conseil municipal s'apprêtait à suspendre un pompier temporaire de la Ville de Trois-Rivières pour avoir accordé, sans autorisation de ses supérieurs, une entrevue à la radio, le maire Yves Lévesque a retiré in extremis la résolution en ce sens, lundi soir. Yannick Lupien, qui avait été invité à parler du métier de pompier à l'occasion des incendies qui faisaient rage à Fort McMurray, devait être suspendu sans solde pour une journée, une décision recommandée par le comité de ressources humaines de la Ville, mais qui a été retirée de l'ordre du jour devant les questions des journalistes.

En mai dernier, Yannick Lupien, pompier temporaire et ancien athlète olympique, avait été invité à l'émission matinale du 106,9 Mauricie afin de parler en tant que pompier de ce que pouvaient vivre les pompiers affectés à combattre l'incendie qui faisait rage en Alberta. Lors de l'entrevue, Yannick Lupien a notamment parlé des dangers auxquels s'exposaient les pompiers affectés à Fort McMurray, mais aussi des impacts physiques et psychologiques qu'ils peuvent subir.

Il semble toutefois que cette entrevue ait déplu à la haute direction de la Sécurité publique. Selon nos informations, le pompier aurait même été rencontré en comité disciplinaire à ce sujet. Le comité des ressources humaines en serait arrivé à la recommandation d'imposer une journée de suspension sans solde, mais cette résolution a été retirée quelques minutes avant le début de la séance du conseil municipal, lundi soir.

«Je ne suis pas à l'aise avec ça», a lancé le maire Yves Lévesque, visiblement surpris de cette recommandation et mal à l'aise devant cette conclusion du dossier, dans lequel il confirme être intervenu pour que le pompier soit rencontré et avisé, mais qu'il ne subisse pas de sanction de la sorte. Il faut rappeler que lorsque les pompiers sont assermentés, ils prêtent «serment de discrétion» au directeur des incendies.

Yannick Lupien n'en est toutefois pas à ses premières expériences avec les médias, lui qui a pris part aux Jeux olympiques de 2000 et 2004 en natation, mais également aux championnats du monde en 2005, alors qu'il se mesurait au célèbre nageur américain Michael Phelps. D'ailleurs, en mars dernier, l'ex-olympien et pompier avait donné une conférence à près de 600 élèves de l'Institut secondaire Keranna, une conférence sur la réalisation de ses aspirations mais aussi sur l'importance de la persévérance et de bien s'appliquer dans tout ce qu'on entreprend. Cette sortie publique avait été largement couverte par les médias.

Déjà, à ce moment, Le Nouvelliste s'était vu refuser l'accès à l'intérieur de la caserne et aux terrains de la même caserne du boulevard des Chenaux, face à Keranna, afin de prendre une photo de M. Lupien. Le photographe du Nouvelliste s'était alors rabattu sur une photo extérieure, sur le bord de la rue, pour illustrer l'article. Une photo qui a par ailleurs été reprise dans le bulletin des employés municipaux, afin de féliciter le pompier d'avoir donné cette conférence.

Joint par téléphone, Yannick Lupien s'est dit soulagé que la résolution ait été retirée, et estime n'avoir jamais brisé son code d'honneur face à la Ville. «Je donne une centaine de conférences par année à travers le Québec auprès des jeunes. Vais-je devoir demander la permission à chaque fois parce que je suis pompier? Je représente mon métier de façon exemplaire, je suis très fier d'être pompier et la Ville est aussi bien heureuse de m'avoir dans les journaux quand je donne des conférences sur la motivation et la persévérance aux jeunes. Ma vie ne s'arrête pas à la caserne, j'ai aussi une vie d'athlète olympique à qui on demande fréquemment d'intervenir publiquement, et je ne crois pas qu'on doive m'empêcher de dire mon opinion dans ces circonstances», signale M. Lupien.

De son côté, le président du syndicat, Gino Harnois, a salué la décision de retirer la résolution, mais n'a pas souhaité commenter le dossier davantage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer