Une leçon de courage

Après avoir vaincu le cancer, Renée Tremblay a... (Facebook)

Agrandir

Après avoir vaincu le cancer, Renée Tremblay a réussi l'exploit de remporter le triathlon de Mont-Tremblant.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Remporter un triathlon, c'est déjà un accomplissement hors du commun. Remporter un triathlon après avoir combattu le cancer, c'est tout à fait remarquable. C'est l'exploit qu'a réalisé Renée Tremblay, à l'occasion du triathlon de Mont-Tremblant qui se tenait il y a quelques jours.

C'est dans la catégorie des 65 à 69 ans que Mme Tremblay a remporté les honneurs. La Shawiniganaise, qui a fêté son 67e anniversaire mercredi dernier, reste cependant humble par rapport à sa première victoire dans la discipline: «À l'origine, mon objectif n'était pas de gagner, mais de terminer un triathlon». Rappelons que l'épreuve, un triathlon olympique, consistait à franchir un kilomètre et demi à la nage, avant d'enchaîner 40 kilomètres de vélo et 10 kilomètres de course à pied.

Le parcours sportif de la triathlète n'est pas banal. Pour le comprendre, il faut revenir quelque temps en arrière, alors que Mme Tremblay apprenait qu'elle avait une tumeur à l'intestin grêle. Il est à noter que ce type de cancer est l'un des rares cancers qui se traitent à l'aide de la thérapie ciblée, traitement moins dommageable pour l'ensemble du corps. Or, en plus de ses soins médicaux, Mme Tremblay a décidé de se prescrire elle-même un programme sportif, animé par la conviction qu'être en forme physiquement l'aiderait à récupérer plus facilement de sa maladie.

Ainsi, la sexagénaire, qui n'avait jusque-là pratiqué le sport que de façon ponctuelle, s'est mise à faire de la course à pied de façon régulière. C'est avec l'équipe des Roses, volet féminin des Défis du Parc, qu'elle a entrepris ses premières épreuves sportives d'envergure. On pourrait croire qu'à partir de là, les choses se sont enchaînées naturellement et que Mme Tremblay s'est mise au triathlon pour donner une suite logique à ses aspirations. Or, le parcours de la Shawiniganaise se révèle tout autre, puisqu'à ce moment-là encore, Mme Tremblay n'avait jamais songé à pratiquer ce sport.

C'est en fait par le plus grand des hasards que l'aventure du triathlon a commencé. En janvier 2015, la triathlète en devenir a commencé la natation, afin de varier ses activités sportives. Elle souhaitait ainsi réduire les risques de blessure associés à la pratique d'un sport unique. Mme Tremblay, qui travaille à la Commission scolaire de l'Énergie, avait cependant du mal à concilier ses heures de travail avec les heures de piscine. En septembre 2015, voyant qu'il y avait de la disponibilité pour nager avec un groupe le matin, elle a décidé de se joindre à celui-ci. Ce groupe, c'était le Club de triathlon TriNergie. Il ne manquait que l'étincelle pour convaincre Mme Tremblay de faire le grand saut, étincelle qu'elle a trouvée chez son entraîneur, Steve Carpentier. Peu de temps après, elle joignait le Club TriNergie dans son activité de spinning. En janvier dernier, voulant s'attaquer à un défi plus élevé, elle a finalement décidé de s'inscrire au triathlon de Mont-Tremblant.

Nous connaissons la suite des choses. La victoire de Renée Tremblay est méritée: en plus de s'être entraînée fort, elle a vaincu sa maladie. Grandie par son destin, elle redonne aussi au suivant. Avec les Roses, elle amasse annuellement des fonds pour des causes; le cancer en fait partie. En définitive, Mme Tremblay espère que son exemple en encouragera d'autres: «J'ai espoir de contaminer des gens avec le sport».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer