La pluie cause des dégâts à Grand-Mère

La salle à manger de la Résidence Grand-Mère... (François Gervais)

Agrandir

La salle à manger de la Résidence Grand-Mère était inutilisable étant donné l'importante quantité d'eau qui s'y est infiltrée.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau, Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Précipitations intenses, inondations, égouts surchargés: les résidents du secteur Grand-Mère à Shawinigan y ont goûté alors que plus de 50 millimètres de pluie sont tombés dans le secteur en moins d'une heure mercredi matin. Toutes les équipes de la Ville de Shawinigan ont été mobilisées afin de venir à bout de l'immense quantité d'eau accumulée dans les rues et dans certains bâtiments.

Du côté de la Résidence Grand-Mère, un bris dans la plomberie a causé une infiltration d'eau au sous-sol et au rez-de-chaussée. «Le drain du toit a lâché, et les égouts n'ont pas fourni», précise Pierre La Haye, directeur général de la résidence. La Sûreté du Québec a été appelée en assistance avec les pompiers, mais n'a finalement pas eu à intervenir puisque c'est la résidence qui a pris en charge l'évacuation. Des équipes de nettoyage de Shawinigan et de Trois-Rivières ont été dépêchées sur les lieux vers 10 h mercredi matin.

Le directeur de la Résidence Grand-Mère, Pierre La... (François Gervais) - image 3.0

Agrandir

Le directeur de la Résidence Grand-Mère, Pierre La Haye, se désole de l'état de son établissement. 

François Gervais

L'eau a pénétré sur les étages par les murs de la salle à manger, rendant l'espace inutilisable. Les quelque 130 résidents du complexe ont dû prendre leur repas à la bibliothèque, ou dans l'un des salons de la résidence. Une quinzaine de résidents ont d'ailleurs dû être relocalisés. Les préposés, eux, étaient visiblement débordés à cause de la réorganisation des services causée par le sinistre. 

Outre la salle à manger, d'autres pièces de la résidence ont été affectées: les salles communautaires, la piscine, le spa, la chapelle et le gymnase sont au nombre des installations endommagées par l'eau. Les bureaux administratifs se trouvant au rez-de-chaussée et plusieurs documents ont aussi été abîmés. La livraison de médicaments et de courrier se trouve également compliquée. L'inondation rendant l'atmosphère de l'établissement très humide, une bonne partie du matériel se trouvait dans les corridors afin d'éviter des bris supplémentaires.

Le propriétaire de la Boucherie Bonenfant, André Beaumont,... (François Gervais) - image 4.0

Agrandir

Le propriétaire de la Boucherie Bonenfant, André Beaumont, a tenté tant bien que mal de limiter les dégâts. 

François Gervais

Les fortes pluies ont aussi causé une inondation à la Boucherie Bonenfant, non loin de la résidence. Vers 9 h, André Beaumont, propriétaire de la boucherie, est descendu au sous-sol et a constaté l'état des lieux. 

«Ça a commencé quand la pluie a inondé le système d'aération au mur. L'eau est entrée par là», raconte M. Beaumont. Constatant que l'eau coulait sur les boîtes électriques, le propriétaire s'est précipité pour couper l'alimentation. «On voyait des boules de feu», précise M. Beaumont. Appelés sur les lieux, les pompiers ont pu sécuriser le système électrique. S'il est trop tôt pour connaître le coût exact des dégâts, M. Beaumont estime qu'il devra débourser plusieurs milliers de dollars pour rétablir la situation. Il fait remarquer que le toit coule et que le transformateur principal devra être changé. Le propriétaire reste cependant optimiste. 

«Jeudi matin, nous ouvrons à 8 h, quitte à rester debout toute la nuit.»

Dans les quartiers avoisinants, plusieurs refoulements ont été enregistrés dans les sous-sols des maisons. Claire Gervais, une résidente de la 10e Avenue, a eu une bien mauvaise surprise à son réveil. «Un ami m'a appelé pour savoir s'il y avait une inondation chez moi. En me levant, j'ai mis les pieds dans l'eau», déclare-t-elle.

La cellule orageuse est aussi passée par Shawinigan, mais a laissé des précipitations moindres. Ce sont 39 millimètres de pluie qui sont tombés en un peu plus d'une heure. Tous les effectifs de la Ville ont néanmoins été mobilisés pour contenir les désagréments causés par l'importante accumulation d'eau à Grand-Mère.

«Notre réseau, évidemment, n'est pas capable de prendre autant d'eau dans un si court laps de temps», mentionne Louise Bellemare, conseillère aux communications à la Ville de Shawinigan. «[Mercredi] matin, aux travaux publics, ils ont décidé de prendre tout le personnel qui était affecté à d'autres tâches. Tout le personnel a été mobilisé.» Ils étaient donc trois contremaîtres ainsi qu'une quarantaine d'employés à sillonner les rues de Grand-Mère.

«Les équipes circulaient, vérifiaient où il y avait plus d'eau et s'assuraient que les puisards étaient bien dégagés. Finalement, le réseau a fini par reprendre le dessus», indique Mme Bellemare. Mercredi après-midi, quelques équipes circulaient encore, mais la situation était revenue à la normale, assure-t-on.

Chez Environnement Canada, on signale que le ciel de la région a été instable durant une bonne partie de la journée et l'a été jusqu'au coucher du soleil. 

«Tout le sud du Québec a été dans une masse d'air instable. Les cellules sont gorgées d'humidité et elles se déplacent lentement. Sur notre radar, ça ressemble à du maïs soufflé. On a des petites cellules d'orage qui se développent et provoquent des précipitations vraiment intenses, mais localisées», explique Marie-Ève Giguère, météorologue chez Environnement Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer