Déversement: le Ministère ne sévira pas contre la Ville

Malgré le déversement de 150 millions de litres d'eaux usées dans la rivière... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Malgré le déversement de 150 millions de litres d'eaux usées dans la rivière Saint-Maurice à la suite de l'incendie des équipements de la station de pompage de la rue Pinard, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques ne sévira pas contre la Ville de Trois-Rivières.

Au contraire, assure le responsable des communications à la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant, «ils ont trouvé qu'on a agi promptement, de façon efficace et qu'on avait limité les dégâts», dit-il. C'est la Ville qui a contacté le ministère après l'incendie, dit-il.

La Ville a installé une génératrice de 2000 kW, à peine 24 h après l'incendie, qui a permis de remettre la station de pompage en marche. Il en coûte 10 000 $ par semaine pour louer l'appareil qui consomme 6000 $ de carburant par jour.

La Ville attendait toujours, mercredi, les résultats de l'analyse de l'inspecteur en sinistre qui déterminera la cause de l'incendie. Pour le moment, toutes les hypothèses sont envisagées.

«On ne sait pas si c'est la foudre» du 20 juin dernier, dit M. Toutant. «Une semaine auparavant, des travaux avaient été réalisés à l'intérieur de la station. Est-ce que ça a été mal fait? Est-ce une problématique du transformateur d'Hydro-Québec? Une surcharge? Il y a beaucoup de possibilités», fait-il valoir.

«On sait que c'est un problème électrique, mais la cause exacte, le fil des événements, on va avoir ça un peu plus tard», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer