Surplus de 855 095 $ en 2015 à Shawinigan

Michel Angers... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Angers

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan a dégagé son plus important surplus depuis 2012 l'an dernier, mais elle le doit à des éléments exceptionnels sur lesquels le conseil municipal ne peut tabler pour équilibrer ses prochains budgets.

Profitant peut-être de la présence de nombreux cols bleus dans la salle, eux qui n'ont toujours pas renouvelé leur convention collective échue depuis le 31 décembre 2014, le maire a beaucoup insisté sur la précarité des finances publiques lors de la dernière assemblée régulière, mardi soir. Le directeur du Service des finances, Alain Gravel, a procédé à son premier dépôt des états financiers de la Ville, qui affichent un surplus de 855 095 $ en 2015.

Il s'agit d'un résultat à peu près conforme à l'estimation avancée lors de la présentation de la situation financière de la Ville, l'automne dernier. Le maire, Michel Angers, prévoyait alors que le surplus de l'année en cours se situerait autour de 628 000 $.

En 2015, les revenus de taxes ont augmenté de près de 2,9 millions $ à Shawinigan. Les nouvelles évaluations ont aidé, mais un apport majeur vient du retrait de la provision pour contestation de taxes de Produits forestiers Résolu.

La valeur de l'ex-usine Laurentide était contestée depuis plusieurs années, de sorte que la Ville s'était gardée un montant de 1,238 million $ pour honorer ses obligations en cas de jugement défavorable. Mais dans le cadre de la dernière transaction avec la Société de développement de Shawinigan, cette contestation a été abandonné, libérant ainsi la provision.

Autre fait saillant, la voirie d'hiver a coûté beaucoup moins cher que prévu. Une économie de 1,5 million $, directement liée au peu de précipitations observées à la fin de la dernière année.

Enfin, les frais pour la Sûreté du Québec ont diminué de 768 000 $ en 2015, étant donné que Shawinigan se retrouve maintenant sous la barre des 50 000 habitants.

«Sans ces économies, j'étais dans le trou de deux millions $», calcule M. Angers. «On est très chanceux, en 2015. L'année 2016 a commencé avec de la neige et des problèmes. S'il fallait qu'on ait un hiver hâtif, on va être dans le trouble. On est loin des surplus de Trois-Rivières...»

Au 31 décembre, le surplus non affecté de la Ville s'élevait à 3,2 millions $. Pour se donner une marge de manoeuvre supplémentaire, la conseillère du district Almaville, Josette Allard-Gignac, a présenté un avis de motion lors de la même séance publique pour augmenter d'un million de dollars le fonds de roulement de la Ville.

Dette

Lors de la présentation des états financiers, M. Gravel a également mis à jour l'ampleur du boulet que traîne la Ville. L'endettement total net à long terme atteint maintenant 153,5 millions $, une hausse de 2,7 % par rapport à 2014. En ajoutant la quote-part de la dette des organismes consolidés, ce montant bondit à 193,7 millions $.

La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie accapare la plus importante partie de ce montant. Rappelons que la Ville exerce également un contrôle financier ou administratif sur la Régie de transport en commun de Shawinigan, l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan, la Société de développement de Shawinigan, la Corporation culturelle et le Parc de l'Île-Melville.

«La situation financière de la Ville est difficile», ne cache pas le maire. «Notre niveau d'endettement est parmi les plus élevés parmi les villes comparables. Nous travaillons sur une stratégie de stabilisation de la dette pour alléger le fardeau pour nos générations futures, tout en continuant d'offrir des services de qualité.»

Lors d'un échange avec le président du syndicat des cols bleus, Alain Thiffault, le maire a même qualifié la situation financière de la Ville de «délicate, alarmante». Il rappelle que la fermeture des trois derniers témoins du glorieux passé industriel de Shawinigan avait soustrait 11,5 millions $ des coffres, dont 3,4 millions $ seulement en 2016.

M. Angers souhaite présenter un nouveau «cadre financier» à la population au cours des prochaines semaines. Il y sera question de réorganisation de structure, de calendrier et de limite d'investissements pour vraiment s'attaquer à la dette.

«Les gens se préoccupent de la situation financière de la Ville et c'est tout à fait normal», commente le maire. «On se fait poser comme question: qu'avons-nous l'intention de faire? C'est ce qu'on va présenter.»

Dans son état de la situation, M. Gravel a également souligné que la valeur nette des immobilisations était passée de 362 à 369 millions $ entre 2014 et 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer