Tourisme à Shawinigan: les résidents au coeur de la stratégie d'accueil

La directrice générale de l'OTFC, Valérie Lalbin, souhaite... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La directrice générale de l'OTFC, Valérie Lalbin, souhaite que les Shawiniganais enverront des cartes postales pour inviter parents et amis à les visiter. Elle est accompagnée de son équipe mobile, composée de Tommy Corriveau, Amélie Richard, Kassandra Brochu, Maude Robitaille-Beaumier, Charlotte Drouin et Camille Gauvin.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Depuis maintenant deux ans, l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan travaille sur les façons d'atteindre la visite de la parenté ou d'amis chez les citoyens de son territoire. Vendredi matin, l'organisation a annoncé quatre initiatives qui démontrent l'importance qu'elle met pour sensibiliser les Shawiniganais au rôle qu'ils peuvent jouer avec les visiteurs.

Une stratégie audacieuse, mais remplie de sens, assure François de Grandpré, professeur et chercheur en tourisme à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

«Les statistiques nous montrent depuis très longtemps que plus de la moitié des visiteurs, surtout en milieu urbain, ont la visite de parents ou d'amis sur leur itinéraire», explique-t-il. «Curieusement, on tarde encore à s'intéresser à ces gens.»

M. de Grandpré note quelques exceptions à travers la province, dont celle de Shawinigan, qui prend la peine de développer une stratégie pour ces touristes dont on ne soupçonne pas les retombées au premier abord. «On ne connaît pas encore la recette pour réussir l'accueil des parents et amis», fait-il remarquer. «Il n'y pas de lobbyistes autour de ça! Les gens agissent donc un peu spontanément, plutôt que de façon réfléchie, comme des regroupements de musées ou d'hôtellerie, qui font des études.»

Pour aider les Shawiniganais, l'OTFC met donc sur pied quatre initiatives pour la saison estivale.

D'abord, tous les mercredis matins jusqu'à la fin septembre, une chronique sera présentée sur les ondes de Radio Shawinigan pour outiller la population dans son rôle d'ambassadeur. Ensuite, un circuit thématique local, inspiré des Divins détours, sera proposé à tous les jeudis de juillet et août. Ce forfait local d'une journée sans nuitée s'adressera autant aux résidents qu'aux touristes et il vise à faire découvrir certains trésors cachés. Les départs s'effectueront de l'église Notre-Dame-de-la-Présentation.

L'OTFC a également coordonné une campagne vélo - plein air pour attirer plus spécifiquement ces amateurs dans le réseau cycliste qui vient de bénéficier d'une cure de rafraîchissement de 40 000 $. Ces consommateurs dépensent en moyenne 200 $ par jour précise Valérie Lalbin, directrice générale de l'OTFC, qui observe déjà un engouement des visiteurs de Shawinigan pour ce type d'activités.

Enfin, l'organisme mise sur l'envoi des bonnes vieilles cartes postales pour séduire les connaissances. Il a donc édité une collection de 15 modèles qui mettent Shawinigan en évidence à toutes les saisons. À l'ère du texto, l'OTFC soumet cette stratégie pour inciter les résidents à inviter la visite.

Mythes

Traditionnellement, l'industrie touristique garde l'oeil sur le taux de change pour mesurer le succès anticipé de la prochaine saison. Les Américains traverseront-ils la frontière? Où iront les Européens? Pourtant, les parents et les amis provoquent aussi des retombées.

«On ne s'intéresse pas beaucoup à eux parce que ce n'est pas très sexy», déplore le chercheur. «Il existe d'ailleurs très peu d'études qui documentent l'impact de la visite des parents et des amis.»

Ce désintérêt s'explique notamment par trois mythes que M. de Grandpré s'amuse à déboulonner.

Tout d'abord, on croit que les parents et les amis ne dépensent pas beaucoup. «Si on enlève la portion hébergement, c'est pourtant eux qui dépensent le plus!», souligne-t-il. 

Deuxième mythe: ces visiteurs sont casaniers. Or, M. de Grandpré assure que les parents et les amis ne se déplacent généralement pas pour s'asseoir au salon et regarder le hockey. Leur présence sert même de prétexte à leurs hôtes pour sortir de leur cocon.

Enfin, selon le dernier mythe, on n'a pas à s'occuper de ces visiteurs puisqu'ils viendront de toute façon. «Si on vend bien la destination, ils vont venir plus souvent et plus longtemps!», sourit le professeur.

Invitée cette semaine à une rencontre avec le ministère du Tourisme sur les stratégies d'accueil, Mme Lalbin constate que le plan stratégique 2017-2020 misera justement sur les résidents locaux comme actif. 

«La population a un pouvoir énorme sur la capacité de Shawinigan à se développer comme une destination touristique de choix», assure Mme Lalbin.

«Le citoyen en sait beaucoup sur sa ville, sa région», rappelle Michel Matteau, président de l'OTFC. «Nous avons besoin de nos gens pour réussir!»

L'équipe mobile de l'OTFC effectue un retour cet été et elle est sera associée à ces initiatives, notamment la distribution de cartes postales aux résidents. «J'invite les Shawiniganais à être des ambassadeurs actifs pour leur ville!», souhaite le maire, Michel Angers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer