Le site Internet du sanctuaire piraté

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le site Internet du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap est hors service depuis mardi après avoir été la cible de pirates informatiques qui militeraient pour la libération de la Palestine.

Le site habituel était remplacé par ces seuls mots: «Hacked By AnonCoders - Free Palestine We Are: Unknown Al - Bl4ck Punisher - Black Worm - Dr.T3rr0r - XwolfTN - Boksha - Mr Anonymous».

Il semble qu'AnonCoders soit un groupe de pirates musulmans qui cible surtout des sites Internet israéliens afin de protester contre des crimes commis à l'endroit des populations de la Palestine. Des médias spécialisés rapportaient ces derniers mois que ce groupe a commencé ses activités en janvier 2015 et a déclaré «la guerre» au gouvernement d'Israël. Ce groupe de pirates aurait de plus attaqué plusieurs sites Internet français dans le passé dont celui du magazine Charlie Hebdo afin de protester contre la publication des caricatures de Mahomet.

La direction du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap ne comprend pas pourquoi son site Internet a été piraté par ce groupe. Le responsable des communications du sanctuaire, Pierre Montreuil, affirme qu'une entreprise spécialisée travaille actuellement à rétablir le service. Selon lui, le site devrait à nouveau être accessible dès jeudi.

«Nous sommes sur le point de régler le problème», précise-t-il. «Nous n'avons heureusement pas été victimes de vol et les pirates n'ont pas demandé de rançon.»

Cette paralysie du site web démontre à quel point les outils de communication modernes sont importants pour les fidèles du sanctuaire. Pierre Montreuil note que chaque jour de nombreuses personnes consultent le site Internet du lieu de pèlerinage pour prier devant l'image de la statue de la Vierge filmée en continu par une webcam ou achètent des lampions pour demander à Marie de les aider ou d'aider un proche.

«On voit normalement brûler les lampions sur le site», affirme M. Montreuil. «La dévotion populaire passe aujourd'hui par toutes sortes de façons dont les outils de communications modernes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer