700 km d'unicycle pour des bras robotisés

On retrouve sur la photo Samuel Fleurent-Beauchemin, initiateur... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

On retrouve sur la photo Samuel Fleurent-Beauchemin, initiateur et président de la fondation Le Pont vers l'autonomie, l'unicycliste Pierre-Olivier Hudon et Dany Martel, qui bénéficie d'un bras robotisé acquis grâce à la fondation.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'image est forte: Pierre-Olivier Hudon parcourra les 700 km qui séparent Percé de Québec en unicycle pour aider des gens qui, comme Dany Martel, sont paralysés, cloués à un fauteuil.

Le technologue en médecine nucléaire à l'hôpital de Trois-Rivières se lance le défi de franchir cette distance sur une roue en sept jours à compter du 20 juin, afin d'amasser des dons pour la fondation Le Pont vers l'autonomie.

C'est l'histoire de Dany Martel qui a inspiré Pierre-Olivier Hudon à mettre sa passion pour l'unicycle (ou monocycle) au profit de la cause. Un accident de la route a rendu M. Martel quadraplégique. 

Le Shawiniganais peut maintenant profiter de l'assistance d'un bras robotisé pour l'aider dans des tâches banales pour les gens en santé. L'acquisition d'un tel équipement spécialisé coûte 50 000 $ et la fondation achète et prête les bras aux personnes qui, comme Dany Martel, vivent avec des limitations motrices sévères.

«Mon défi, c'est de faire 700 km en sept jours au profit de cette fondation qui aide les gens à mobilité réduite à avoir accès à un bras robotisé pour accomplir des petites tâches du quotidien comme prendre un verre d'eau, un café ou ouvrir une porte. C'est le financement qui manque, parce qu'il faut le dire, c'est dispendieux, 50 000 $», résume Pierre-Olivier Hudon, 23 ans, qui s'est initié à l'unicycle à l'école secondaire Paul-Le Jeune à Saint-Tite.

Le jeune homme s'est fixé l'objectif d'amasser 1750 $ au profit de la fondation créée en 2013 par Samuel Fleurent-Beauchemin, originaire de Nicolet, dont le frère était atteint de dystrophie musculaire.

Samuel avait réussi à procurer un bras robotisé à son frère peu avant le décès de celui-ci, et a choisi de s'impliquer pour aider des gens confrontés aux mêmes obstacles que lui. 

Il y a un peu plus d'un an, une campagne de financement a été lancée avec l'objectif de récolter 400 000 $ pour remettre huit bras robotisés. Jusqu'à présent, 365 000 $ ont été amassés et quatre personnes ont reçu un bras robotisé, soit Philippe Desrochers, Véronique Plourde, Éric Bussière et Dany Martel.

«Dany Martel et moi, on a étudié à la même école secondaire, même si on a un écart d'âge d'une vingtaine d'années. C'est quelqu'un de la place. J'ai voulu m'impliquer directement, avec le concept d'utiliser ma mobilité pour aider quelqu'un qui n'en a pas, ou moins. Dany se déplace, mais avec le bras, ça change sa vie. Oui, il a besoin de gens, de préposés qui s'occupent de lui, mais avec le bras, ça le rend plus autonome. C'est pour des gens comme ça que je fais le défi», confie l'unicycliste.

L'an dernier, il a parcouru 500 km entre Mont-Tremblant et Trois-Rivières (aller-retour) au profit de Leucan, organisme auquel il a remis 1500 $. 

Pour le défi qui lui fera traverser les régions de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, il prévoit rouler à une vitesse de 17 ou 18 km/h. «Ce ne sera pas une course, je vais prendre mon temps, je vais rouler beaucoup d'heures dans une journée», dit-il.

On peut gratifier la démarche de Pierre-Olivier Hudon par un don via la plateforme de sociofinancement soyezlepont.com, à la campagne «Uni pour l'autonomie».

Quatre personnes sont présentement en attente d'un bras robotisé dont Ariane Beaulieu, 16 ans, de Repentigny, et Catherine Michaud, 24 ans, de Rivière-du-Loup, qui vivent toutes deux avec la paralysie cérébrale, Joey St-Jean, 13 ans, de Montréal, atteint de l'amyotrophie spinale de type 2, et Pierrette Vandal 54 ans, de Drummondville, qui vit avec l'ataxie de Friedreich.

La fondation Le Pont vers l'autonomie est basée à Victoriaville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer