L'aventurier Frédéric Dion sera largué seul au Yukon

Frédéric Dion sera largué seul au coeur de...

Agrandir

Frédéric Dion sera largué seul au coeur de la forêt du Yukon.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après avoir atteint le centre de l'Antarctique en solitaire, parcouru la distance Gaspé-Ottawa à raison d'un marathon par jour et retrouvé son chemin après avoir été largué seul au nord du 52e parallèle, l'aventurier Frédéric Dion se lancera, cet été, dans un intense défi de survie en forêt.

Seul et pratiquement sans aucun équipement, il sera largué au coeur du Yukon, d'où il devra, sans même l'aide d'une boussole, retrouver son chemin jusqu'à la civilisation.

N'étant pourtant pas en manque d'imagination pour relever des défis, c'est tout de même vers son mentor en survie, André-François Bourbeau, qu'il s'est tourné pour choisir son prochain défi. L'homme, détenteur du record Guinness de survie volontaire en forêt avec 31 jours, lui a donc lancé ce défi que l'aventurier mauricien s'est empressé d'accepter.

Ainsi, le 16 août prochain, il quittera Notre-Dame-du-Mont-Carmel en direction de Whitehorse, au Yukon. De là, il sera emmené à Mayo, un petit village d'à peine 225 habitants, d'où il prendra un hélicoptère qui ira le larguer, les yeux bandés, au coeur de la forêt du Yukon. L'objectif ultime sera de revenir seul vers la civilisation. Sans nourriture, sans eau et sans boussole, il n'aura avec lui que sa ceinture scout qui contient un petit bateau pneumatique ainsi qu'un briquet et un couteau suisse.

«Pour avoir déjà vécu des trips de survie en forêt, c'est ce qui est le plus intense. Mais mon but c'est d'oser l'aventure, de vivre mon message que je véhicule depuis des années. Et ce sera une mine d'or pour alimenter mes prochaines conférences», fait savoir l'aventurier, qui s'entraîne déjà en vue de ce défi.

Selon lui, le Yukon est l'un des derniers territoires sauvages au monde. Partageant le terrain avec les loups noirs et les grizzlys, Frédéric Dion devra vivre de pêche et de petite chasse à l'aide de pièges pour survivre, en plus de se nourrir de quelques fruits et végétaux, qui se font tout de même très rares à cette latitude. Le froid sera aussi son pire ennemi dans cette forêt où les mois d'août ressemblent aux températures d'octobre au Québec.

«Je me donne une chance sur deux de réussir. Je suis au sommet de ma forme, de ma capacité physique et mentale ainsi que de mes connaissances. Mais je ne mettrai jamais ma santé physique ou psychologique en jeu», souligne l'aventurier quand on lui demande s'il s'est fixé un objectif pour réussir son défi.

«En survie, chaque heure est une réussite. Si je devais mettre un terme au défi avant de parvenir à la civilisation, ce sera la fin d'une série de réussites», fait-il savoir.

Bryan Perro

Avec lui, Frédéric Dion traînera un téléphone satellite grâce auquel il donnera une fois par jour une entrevue avec l'Association des Scouts du Canada.

À travers ces propos, l'auteur bien connu dans la région, Bryan Perro, tiendra un blogue pendant 21 jours consécutifs sur le site Internet de Frédéric Dion. 

Au terme de l'aventure, cette série de blogues pourrait se transformer en livre pour les deux compères, qui ont déjà publié un récit ensemble, à la suite du périple en Antarctique de l'aventurier.

Il a déjà prévu donner une conférence sur cette aventure le 13 octobre prochain à la salle J.-Antonio-Thompson. Les billets sont d'ailleurs déjà en vente. 

«Que je termine l'aventure ou non, il y aura tellement de choses à raconter après avoir vécu une telle aventure», croit Frédéric Dion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer