Boutique Urbanithé: des vandales s'en prennent à leur terrasse

Victime de vandalisme, la terrasse d'Urbanithé a été... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Victime de vandalisme, la terrasse d'Urbanithé a été démantelée par les propriétaires, une décision qui désole la copropriétaire Sophie Grenier.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le premier mois d'exploitation de la boutique Urbanithé au centre-ville de Trois-Rivières n'a pas été de tout repos. Leur terrasse, inaugurée il y a quelques jours à peine, a été la cible de vandales à plus d'une reprise. Tant et si bien qu'il ont dû procéder au démantèlement de la terrasse à des fins de sécurité.

Sophie Grenier a eu une mauvaise surprise quand elle est arrivée à la boutique samedi matin. La terrasse permanente avait été vandalisée. Un coup d'oeil aux caméras de surveillance a confirmé ses doutes. Quatre hommes d'une vingtaine d'années ont pris d'assaut leurs tables extérieures. «Les panneaux du dessus, ils ont tellement sauté dessus que les vis ont lâché», déplore la copropriétaire.

Elle a donc décidé de démanteler sa terrasse. «J'ai décidé d'enlever tout ça, j'avais peur que quelqu'un se blesse».

Cet acte de vandalisme est le deuxième à survenir alors qu'il y a quelques jours, des graffitis sont apparus sur les tables. Leurs poteaux de parasols ont également été volés. Fréquemment, elle doit ramasser des cigarettes et des bouteilles cassées, détritus laissés là durant la nuit par des individus fréquentant la terrasse.

«Ça attire les gens à la sortie des bars. Ils prolongeaient le party ici».

«Ça ne me dérangeait pas que le monde vienne s'asseoir quand on n'est pas là, mais pas pour se mettre à tout détruire. Ça a dégénéré», déplore Mme Grenier.

Sophie Grenier et son conjoint avaient investi beaucoup de temps et d'argent dans ce projet.

«On a travaillé fort là-dessus pour faire une belle boutique et une belle terrasse. On voulait quelqu'un chose d'urbain et de convivial». Ils pensent maintenant faire comme les autres commerces du centre-ville et installer une terrasse amovible.

Maintenant qu'ils ont les photos des suspects en main, ils réfléchissent à ce qu'ils en feront.

«On est en train de penser à ce qu'on va faire avec. Si on ne fait rien, ça va être comme ça partout dans le centre-ville?», craint Mme Grenier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer