Céline Dion en supplémentaire: une vente de billets efficace

Danielle Damphousse et France Longval étaient très heureuses... (Olivier Croteau)

Agrandir

Danielle Damphousse et France Longval étaient très heureuses d'avoir réussi à mettre la main sur des billets pour la supplémentaire du spectacle-bénéfice de Céline Dion

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les amateurs de Céline Dion n'ont pas été déçus cette fois-ci. La vente de billets pour la supplémentaire du spectacle-bénéfice Céline pour les enfants, qui débutait samedi matin à 10 h, s'est déroulée rondement. Même s'il reste encore quelques billets dans la section gazonnée, les organisateurs sont amplement satisfaits du déroulement des transactions.

«On se satisfait de la situation. C'est ce qu'on souhaitait. On s'est entouré d'une excellente entreprise, Outbox, qui a l'expertise, qui a l'expérience. On avait une grande confiance en eux de par leurs accomplissements du passé. On est content que ça se passe bien», se réjouissait Steve Dubé, directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières.

Lors de la mise en vente pour le spectacle du 30 août, les potentiels acheteurs s'étaient retrouvés devant un système informatique qui n'avait pas pu supporter la grande demande. La déception était palpable chez les fans de la chanteuse. Cette fois, avec Outbox, l'équipe de l'Amphithéâtre considère avoir trouvé la formule gagnante.

«Il a fallu travailler et se virer de bord rapidement quand on a eu la confirmation d'une supplémentaire pour s'assurer d'avoir le bon système en place. On est très reconnaissant envers l'entourage de l'artiste de nous offrir une deuxième représentation. Ça nous donne la chance de démontrer notre savoir-faire», estime M. Dubé. 

«La première fois, ça n'avait pas fonctionné. C'était un peu tout croche», reconnaît le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. «Quand on a dit qu'on reprenait les choses en main, on voulait faire les choses correctement. Mais on a toujours une crainte, on ne voulait pas rater notre coup. Là, le système a fonctionné très très bien, à la hauteur de ce qu'on voulait. C'est une note de 100 %», assure M. Lévesque. «On joue dans les ligues majeures. On est capable d'être à la hauteur.»

Même si le spectacle n'affichait toujours pas complet après plus de 36 heures de vente, Steve Dubé ne s'en formalisait pas. «On n'avait pas d'attentes [sur le temps de vente]. Il y a beaucoup d'autres spectacles au Québec, c'est une supplémentaire», rappelle-t-il. 

La vente en ligne et par téléphone se déroulait si bien que plusieurs personnes ont quitté la file de la billetterie de l'Amphithéâtre puisqu'ils avaient déjà réussi à se procurer des billets autrement. Ceux qui avaient passé la nuit à la belle étoile n'ont pas été déçus. Malgré la température qui s'est quelque peu rafraîchie et le vent qui s'est levé, ils avaient tous le sourire aux lèvres.

Linda Therrien avait tenté de se procurer des billets par Internet lors de la première mise en vente, sans succès. Cette fois, elle a quitté Sherbrooke en pleine nuit pour être à la billetterie à 1 h 30 samedi matin. Elle n'avait aucun regret, même si elle avait omis de prendre certaines précautions.

«J'aurais dû me préparer plus et m'habiller plus chaudement. Par moment, il ventait, c'était froid, mais qu'est-ce qu'on ne ferait pas? Je suis allée la voir à Paris, à Las Vegas, sur les Plaines. Je pense que je suis pas mal fan», constate-t-elle. Elle s'est finalement retrouvée dans la septième rangée alors qu'elle visait la première. Qu'à cela ne tienne, elle assure que ça en valait la peine. 

Quant au couple venu de Farnham qui a fait le pied de grue pendant plus de 18 heures, il a été le premier à avoir ses billets et dans la première rangée, rien de moins.

«On va être collés sur la scène. C'est une belle gâterie», avoue Sylvie Lambert. Elle ne regrette aucunement cette nuit passée à la belle étoile en compagnie d'une dizaine de fans de Céline Dion. «La température était très fraîche, mais l'ambiance était super bonne. Je pense qu'on est tous devenus des amis au courant de la nuit», constate-t-elle.

 

Steve Dubé était soulagé du bon déroulement des... (Olivier Croteau) - image 2.0

Agrandir

Steve Dubé était soulagé du bon déroulement des transactions. Il considère avoir trouvé la formule gagnante en faisant confiance à Outbox pour la vente de billets.

Olivier Croteau

La suite avec outbox?

Quant à savoir si la collaboration entre la Corporation et Outbox se poursuivra pour de futurs projets, on assure que la porte n'est pas fermée, mais que des négociations devront être entreprises.

«C'était une entente unique. On voit comment ça se passe ce matin (samedi). On va devoir s'asseoir avec eux. La rapidité avec laquelle ils ont effectué le mandat, l'énergie qu'ils ont déployée, ils ont pris ça avec énormément de sérieux et ça on l'apprécie», admet M. Dubé.

Pour le maire de Trois-Rivières, il ne fait pas de doute: Outbox est la compagnie de confiance. «Ils ont fait leurs preuves. Ils ont pu voir que c'était un dossier assez fragile et qu'on ne pouvait pas rater notre coup. Ils ont donc doublé les efforts pour s'assurer que ça aille bien», mentionne M. Lévesque. 

Questionné sur le montant que la Corporation a dû débourser pour avoir accès à ce système de vente, M. Dubé est resté évasif. «Quand ça fonctionne bien, il n'y a pas de prix», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer