La région au Trophée Roses des sables

On voit Émie Duchesneau Chouinard de l'équipe Les... (Audrey Tremblay)

Agrandir

On voit Émie Duchesneau Chouinard de l'équipe Les petits pieds du désert, Amélie Cossette de l'équipe Princess Toughness et Johanne Allard de l'équipe Le souffle du désert.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Des membres de l'organisation du Trophée Roses des sables étaient de passage à Trois-Rivières, mercredi, pour faire connaître leurs événements aux curieuses. Ils en ont profité pour présenter les équipages de la Mauricie qui seront prochainement sur la ligne de départ au Maroc.

«C'est un échange. On parle des détails techniques et administratifs et on présente des images. On leur fait aussi rencontrer d'anciennes participantes», explique Céline Renondeau, responsable des communications chez Desertours.

Il faut dire que les Québécoises, et les Trifluviennes, entre autres, sont nombreuses sur la ligne de départ.

«C'est entre 10 % à 30 %, on note une réelle augmentation et nous en sommes très contents. Elles arrivent avec une fraîcheur et un état d'esprit qui nous dépoussière un peu», affirme Mme Renondeau.

Le défi, l'aventure, l'humanisme, c'est ce qui a attiré les participantes dans cette grande excursion dans le désert.

«C'est l'aboutissement d'un long travail», avoue l'une des participantes, Émie Duchesneau Chouinard.

Le Trophée Roses des sables est un rallye réservé aux femmes. Chaque année, c'est entre 100 et 150 équipages qui participent. C'est une compétition issue de la tradition des rallyes-raids africains. À l'aide d'un road-book, d'une carte et d'une boussole, les participantes doivent parcourir des centaines de kilomètres dans le désert.

En plus des cours de conduite qu'elles doivent suivre et des techniques de base en mécanique à apprendre, les compétitrices doivent se préparer, physiquement et mentalement.

«Elles vont sortir de leur zone de confort et se retrouver face à elles-mêmes, leurs peurs, leurs angoisses. Elles devront maîtriser la colère, la fatigue... Elles seront aussi témoins de beaucoup de solidarité. C'est le mot fort du rallye.»

Jusqu'à maintenant, l'étape la plus difficile selon les participantes c'est le financement. Il faut dire que l'inscription dépasse les 10 000 $.

Pour le dépassement, souligner la fin des études, ou encore fêter son 50e anniversaire, toutes les raisons sont bonnes pour se lancer.

L'équipe de Johanne Allard est la seule à avoir les billets d'avion en poche pour l'événement du 13 au 23 octobre 2016. La fébrilité est palpable.

«Il y a beaucoup de choses à penser, mais on a des papillons», lance Mme Allard.

On anticipe également le voyage, parce que pour elles, ce sera une première fois au Maroc. On appréhende le choc culturel, mais on a surtout hâte de partir à la découverte.

Le Trophée Roses des sables sert également à aider matériellement et humainement les enfants les plus démunis par le biais de l'association Enfants du désert. Lors de la dernière édition, Roses des sables s'est également associé avec le Club des petits déjeuners. Un dollar par kilomètre parcouru par les participantes a été remis en don.

«Ma clientèle est composée d'enfants. C'est une clientèle qui me touche énormément. C'est un double défi! On veut être là pour eux et se réaliser personnellement aussi», souligne Amélie Cossette.

«On va rire, on va pleurer, on veut juste le vivre», dit Mme Cossette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer