Encore une nuit blanche pour voir Céline Dion

Certains fans de Céline Dion faisaient le pied... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Certains fans de Céline Dion faisaient le pied de grue dès 15 h vendredi après-midi, prêts à y passer la nuit, pour mettre la main sur les précieux billets du rendez-vous du 31 août.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour cette vente de billets de la supplémentaire du spectacle-bénéfice de Céline Dion à l'Amphithéâtre Cogeco, les fans de la chanteuse ne voulaient pas rater leur coup. Même si la billetterie n'ouvrira ses portes qu'à 10 h samedi matin, certains y faisaient le pied de grue dès 15 h vendredi après-midi, prêts à y passer la nuit, pour mettre la main sur les précieux billets pour le rendez-vous du 31 août.

Sylvie Lambert et son conjoint Richard Proulx, les premiers en file, sont venus de Farnham pour s'assurer d'obtenir de bons billets. Ces deux heures de route valaient amplement le déplacement, assurent-ils. Mme Lambert raconte qu'elle a complètement loupé la vente de billets pour la première représentation du 30 août.

«Ça m'est passé sous le nez. Je ne voulais pas manquer mon coup cette fois-ci. Même si j'attends 18 heures, c'est ma récompense», s'exclame-t-elle. «J'ai vu la dame de 85 ans qui avait passé la nuit à l'extérieur pour la première vente de billets et qui avait tellement aimé ça. Je me suis dit que je pourrais le faire aussi».

La température s'annonçait clémente pour les veilleurs. «On annonce une belle nuit. Ce ne sera pas tellement froid. J'ai tout pour moi!», remarque-t-elle. Cette dernière se procurera également des billets pour ses deux filles.

Cette mise en vente risque de générer de très grandes attentes pour l'équipe de l'Amphithéâtre Cogeco, alors que la dernière mise en vente, en avril, avait connu de nombreux ratés, spécialement par Internet et par téléphone. Des dizaines de milliers de personnes avaient convergé vers les plateformes de vente si bien que le système n'avait pas su répondre à la demande.

À la suite de cette mise en vente, la Ville avait d'ailleurs annoncé son intention de larguer le réseau Ovation, responsable de la billetterie pour la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières. La Corporation des événements, qui gère l'Amphithéâtre Cogeco, s'est de son côté tournée vers Outbox pour cette nouvelle mise en vente.

Marie Bellemare et sa meilleure amie Lynda Bédard font aussi partie de ceux qui ont passé la nuit à la belle étoile. Elles avaient tenté de se procurer des billets pour le premier spectacle.

«On avait essayé par Internet et on avait raté notre coup. On ne se fera pas avoir deux fois», assure Mme Bellemare. Elle était très enthousiaste face à cette nuit blanche. «Ça va être un bon trip. Ça fait longtemps que je n'ai pas passé une nuit blanche. On est folles d'elle», soutient-elle.

Son amie Lynda Bédard avait fait le trajet de Repentigny. Cette dernière souhaite ardemment parler à Céline Dion lors de son passage à Trois-Rivières. Mme Bédard avait eu l'occasion de rencontrer Céline lors du lancement de son tout premier «long jeu» en 1980 à la Plaza de la Mauricie. À l'époque, Mme Bédard avait 17 ans et travaillait au magasin de musique où la chanteuse avait choisi de faire son lancement.

«C'était dans le temps des Fêtes, j'étais déguisée en fée des étoiles. Céline était venue me voir, elle avait 13 ans à l'époque. On avait dîné ensemble et nous avions pris une photo. Je lui avais envoyée». Quelle ne fut pas sa surprise de voir cette photo apparaître dans le livre-souvenir Céline Dion... Pour toujours sorti en 2005.

Elle souhaite maintenant que la chanteuse de Charlemagne autographie l'exemplaire de son livre et «pouvoir lui dire que c'est moi la fée des étoiles», s'exclame Mme Bédard.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, se réjouissait de voir que des personnes de l'extérieur de Trois-Rivières se soient déplacées pour se procurer des billets. Car malgré le calibre international de la star, il entretenait des doutes. «On est toujours inquiet de savoir s'il y aura des gens. Elle se produit déjà à Montréal et à Québec alors on se demandait s'il y aura un engouement ici». Force est de constater que c'est le cas. Il estime que cela permet de redorer le blason de Trois-Rivières qui s'était quelque peu terni. «Les gens redécouvrent Trois-Rivières», constate-t-il.

Samedi, dès 9 h 30, il y aura donc ouverture de la salle d'attente virtuelle sur le site amphitheatrecogeco.com. À l'ouverture de la billetterie, à 10 h, les gens se verront attribuer une place en fonction de leur tour d'entrée dans la salle d'attente et pourront alors procéder à l'achat de billets.

On peut aussi procéder par téléphone en composant le 1 855 310-2525. Finalement, les quatre guichets de la billetterie de l'Amphithéâtre Cogeco seront ouverts pour ceux qui voudront se présenter sur place, au 100 avenue des Draveurs.

Rappelons que 9000 billets, soit 3500 assis et 5500 debout sur la partie gazonnée, seront disponibles.

Avec la collaboration de Paule Vermot-Desroches

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer