Un mois de mai très froid... et très chaud

La neige tardive du 8 mai à La... (Photo Audrey Tremblay, archives Le Nouvelliste)

Agrandir

La neige tardive du 8 mai à La Tuque.

Photo Audrey Tremblay, archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le mois de mai a définitivement été marqué par les chutes et les montées draconiennes du thermomètre, particulièrement à La Tuque.

Le temps froid et les températures une dizaine de degrés Celsius sous la normale climatique se sont manifestés jusqu'à la seconde moitié du mois avant que la chaleur ne fasse une entrée remarquée.

Les écarts de température et la neige tardive ont marqué les dernières semaines. À La Tuque, on a enregistré -6,5 et 31,6 degrés Celsius dans le même mois.

«On a eu un début vraiment très froid, et une fin vraiment très chaude. C'est un mois un peu bizarre qui, au final, se balance», a commenté Marie-Ève Giguère, météorologue pour Environnement Canada.

En effet, la température moyenne rejoint la normale de 11 degrés pour ce secteur de la Mauricie. On note également deux fois plus de jours où la température a descendu sous le point de congélation, soit 16 jours.

Les écarts dans la même journée sont aussi impressionnants. Par exemple, le 12 mai, il a fait 26 degrés le jour et -2 la nuit.

À Trois-Rivières, les différences de températures ont été moins importantes, mais c'est surtout la neige du 16 mai qui retient l'attention. Une situation particulièrement rare.

«La neige en mai est assez rare dans le sud du Québec, et même extrêmement rare après le 15 mai. Par exemple, on calcule qu'elle survient environ aux 35 ans dans les villes de Montréal et Québec [...] Trois-Rivières est pile au milieu. C'est raisonnable de dire que c'est exceptionnel» a mentionné Marie-Ève Giguère.

À Trois-Rivières, le mercure a atteint -1,2 à son plus bas et 26,4 degrés à l'opposé. La moyenne de température est également dans la normale climatique à 12,3 degrés. Quant aux précipitations, elles ont été moins nombreuses, près de moitié moins, ce qui permet aux experts d'affirmer que le mois de mai a été plus sec.

«Ce qui marque le mois de mai, c'est le froid qui a traîné vraiment longtemps et le fait que ça s'est réchauffé du jour au lendemain», a affirmé Marie-Ève Giguère.

Même si les températures les plus chaudes ont été enregistrées le 24 mai, les citoyens ont peut-être eu l'impression que c'était un peu plus tard. C'est en raison de l'humidité qui a fait son entrée le 27 mai pour terminer le mois sur une note estivale.

Aperçu pour la première moitié de juin

En aperçu pour la première moitié de juin, les premiers jours ouvriront le mois sur une note estivale. Ils seront vite remplacés par un épisode de ciel variable, de températures sous les normales et ponctués d'averses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer