TVA «montréalise» les bulletins régionaux

Les représentants syndicaux des employés de TVA en région ont dénoncé, mercredi... (La Presse)

Agrandir

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les représentants syndicaux des employés de TVA en région ont dénoncé, mercredi matin, le transfert prochain vers Montréal de la réalisation des bulletins de nouvelles produits à Trois-Rivières, Rimouski, Chicoutimi et Sherbrooke vers Montréal ainsi que la réduction du nombre d'employés attitrés à la production et à la réalisation dans les stations régionales.

Quelques-uns des représentants syndicaux des employés de TVA... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Quelques-uns des représentants syndicaux des employés de TVA présents à la conférence de presse: Alain Caron, SCFP, Darcy Côté, vice-président SCFP Trois-Rivières, Richard Labelle, président SCFP Sherbrooke, Nina Laflamme, conseillère SCFP, et Raymond Duquette, vice-président SCFP Sherbrooke. 

François Gervais, Le Nouvelliste

À la station TVA de Trois-Rivières, cette mesure, justifiée par un virage vers la diffusion en haute définition, coûtera cinq emplois dès le mois d'août, selon le Syndicat.

La responsable des communications à TVA, Véronique Mercier, contredit cette information. «Il y a deux employés qui perdent leur emploi, un poste vacant non comblé ainsi que deux employés verront leurs heures réduites», affirme-t-elle.

Quant aux stations de Rimouski, de Chicoutimi et de Sherbrooke, le nombre de mises à pied n'est pas encore connu des représentants syndicaux, mais ces derniers appréhendent que chacune des stations se verra amputée d'un nombre équivalent d'employés dès 2017.

TVA a précisé, par voie de communiqué mercredi, que les bulletins de nouvelles régionales «ne seront pas relocalisés à Montréal. Seules certaines activités de mise en ondes seront faites à partir de Québec ou de Montréal.»

Selon les représentants syndicaux de la SCFP 4646, toutefois, les employés de TVA à Trois-Rivières, Rimouski et Sherbrooke auront moins de contrôle sur le contenu des bulletins de nouvelles régionaux.

Ces derniers déplorent la «montréalisation» de l'information régionale et estiment que cette décision de TVA aura pour effet de limiter les diffusions en direct de l'information, d'enlever de la crédibilité à TVA au niveau de l'information et de priver le public des régions d'informations qui les concernent.

Richard Labelle, président SCFP Sherbrooke, indique que les téléspectateurs vont vivre «l'effet pré-enregistré. La cueillette de l'information comme telle va se faire comme d'habitude.

Toutefois, à partir du moment où l'on a un bulletin pré-enregistré, donc qui n'est pas à midi, mais qui va être enregistré à 11 h 30, le point de chute ou le deadline comme on dit, va se raccourcir», explique-t-il.

«Ça vient limiter le travail du journaliste, car souvent, en télé, on se vire sur un 10 cents. Très souvent, on va arriver à midi moins 10, dans la station, on va faire un montage tout de suite sur la gueule et on va sortir tout de suite des clips pour un direct, car nos bulletins du midi sont tous en direct. Si l'échéancier pour monter la nouvelle veut qu'elle soit prête à 11 h 30 au lieu de midi, c'est une marge de manoeuvre qu'on perd au niveau de l'information», explique-t-il.

«Nous garderons toujours la possibilité d'être en direct pour chacune de nos stations en cas de nouvelle importante de dernière minute», assure toutefois TVA.

Raymond Duquette, vice-président du local 4646 indique que «l'angle qu'il va falloir donner à la nouvelle va venir du réalisateur de Montréal. Ça ne sera plus régional. C'est déjà très, très présent dans les bulletins de nouvelles à TVA que Montréal passe des commandes, mais ça passe au moins par un réalisateur qui est sur place. Le journaliste écoute son réalisateur. Mais le réalisateur va être à Montréal et va demander qu'on traite l'information d'une telle façon», dit-il.

TVA, qui emploie 225 personnes dans ses quatre stations régionales, assure que «les choix éditoriaux, la cueillette d'information, le montage et la lecture des nouvelles sont des fonctions qui demeureront en région. Seules certaines activités de mise en ondes seront faites à partir de Québec ou de Montréal.»

Darcy Côté, vice-président SCFP, indique que TVA est «en train de démanteler complètement la régie de production. Une nouvelle régie de production va être installée à Montréal et le bulletin de nouvelles va être réalisé à partir de Montréal à distance», dit-il. «L'impact immédiat est sur les emplois», précise-t-il, notamment celui du réalisateur qui, précise M. Côté, «est le coeur de l'équipe de production et ça fait mal de voir une équipe de télé perdre son réalisateur».

TVA Trois-Rivières perdra donc, outre son réalisateur, son assistant-réalisateur, un cameraman à temps partiel, «car on installe des caméras-robots dans les studios», dit-il, ainsi que deux techniciens de production, une liste que nie TVA, rappelons-le.

«On aura moins de contrôle sur le contenu et le contenant», prévoit M. Côté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer