Déjà 10 000 $ amassés pour COMSEP

Sylvie et Marie-Josée Tardif de COMSEP entourent ici... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sylvie et Marie-Josée Tardif de COMSEP entourent ici la présidente du conseil d'administration de l'organisme, Michelle Auger.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) La déclaration d'amour du milieu trifluvien à l'endroit de l'organisme d'alphabétisation COMSEP s'est fait sentir mercredi midi, à l'occasion du dîner-spaghetti qui se tenait pour permettre à l'organisme de renflouer ses coffres, ayant écopé de nombreuses coupes budgétaires. Le dîner, qui affichait complet, permettra à COMSEP d'aller chercher pas moins de 10 000 $.

«Ça fait chaud au coeur de voir tous ces gens ici. On a vendu tous nos billets, environ 230. Et le plus beau, c'est qu'il doit y avoir en plus tout près de 100 personnes qui ont acheté des billets et qui ont accepté de les redonner pour les offrir à des personnes en situation de pauvreté. Ils auront leur dîner au début du mois de juin», a commenté la coordonnatrice de COMSEP, Sylvie Tardif.

Outre des proches et des amis de COMSEP, de nombreuses personnalités politiques ainsi que plusieurs personnes du milieu des affaires et du milieu communautaire étaient présents mercredi midi pour soutenir l'organisme, qui a aussi pu compter sur des dons du public et ce, dès le lendemain de l'annonce d'activités de financement qui seraient tenues pour palier au manque de financement gouvernemental.

«Quand on a fait la conférence de presse, dès le lendemain, déjà les gens venaient porter de l'argent. On a pu ramasser tout près de 5000 $. Aujourd'hui, il y a encore des gens qui font des dons. On a reçu des 150 $, des 200 $, même des 1000 $. C'est grandement apprécié», confie Sylvie Tardif.

Rappelons que l'an dernier, l'organisme avait appris au beau milieu de son année de fonctionnement qu'elle devrait combler un trou dans son budget de 47 000 $. Cette année, ce manque à gagner s'est élevé à 75 000 $, une information qui a toutefois été connue dès que l'organisme était à planifier son budget. «On a fait beaucoup de coupures. On a augmenté les coûts de certaines activités, il y a d'autres activités qu'on ne tient plus. Il y a un gel de salaire pour l'équipe. L'an dernier, on vivait une situation de crise. Cette année, on vit des difficultés financières, mais on gère mieux, on arrive à planifier un peu plus», soutient Sylvie Tardif.

Cette dernière trouve toutefois dommage qu'en raison des nombreuses coupes subies par l'organisme, l'équipe soit obligée de consacrer un mois complet à l'organisation d'activités de financement. «Notre mois de mai est presque essentiellement orienté vers l'organisation de ça. Cette semaine, il n'y a pas d'activités pour les personnes qui fréquentent nos services. Il y a du bon car ça nous permet d'aller voir la population et de se faire dire que nous sommes appréciés. Ça fait du bien à l'équipe de travail, mais on délaisse nos tâches habituelles», reconnaît Mme Tardif.

Pour combler son déficit cette année, COMSEP s'est fixé un objectif de 30 000 $. Outre les fonds recueillis lors de ce dîner-spaghetti et les dons reçus du public, une collecte de fonds se tiendra vendredi entre 7 h et 19 h sur sept coins de rue aux quatre coins de la ville de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer