Une simulation pour sensibiliser les jeunes

Pompiers, ambulanciers et policiers avaient été mobilisés pour... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Pompiers, ambulanciers et policiers avaient été mobilisés pour cette simulation qui démontre les ravages de la conduite avec les facultés affaiblies.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Des centaines de jeunes de 5e secondaire de la région de Shawinigan ont eu droit à une démonstration cruellement réaliste, vendredi matin, en lien avec l'alcool au volant. Ces finissants qui sont sur le point de vivre leur bal de fin d'année se sont rendus à la Cité de l'Énergie, où de nombreux intervenants se sont donnés pour mission de leur montrer les ravages que pouvait causer la conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool ou les drogues.

Un scénario bien ficelé avait été monté pour cette mise en situation, qui regroupait des amis à leur après-bal, dont la jeune Zoé qui avait promis à ses parents de rentrer avant minuit. Son ami Kevin propose de la raccompagner, même s'il a bu quelques bières. Le trajet en voiture se soldera par un accident qui sera malheureusement fatal pour la jeune Zoé, et Kevin prendra le chemin de la prison. Entre-temps, les policiers ont la lourde tâche d'aller annoncer aux parents de Zoé que leur fille a perdu la vie.

Lise Lebel, la mère de Katherine Beaulieu, a... (Stéphane Lessard) - image 3.0

Agrandir

Lise Lebel, la mère de Katherine Beaulieu, a livré un touchant témoignage devant des centaines de jeunes, dont plusieurs n'ont pu retenir leurs larmes.

Stéphane Lessard

Une histoire inventée qui rejoint durement la réalité de Lise Lebel, mère de Katherine Beaulieu, décédée le 3 mai 2010 après avoir été heurtée de plein fouet par une conductrice en état d'ébriété qui roulait à sens inverse sur l'autoroute 55. À la suite de cette simulation, Lise Lebel est venue témoigner de sa triste réalité à elle, espérant conscientiser les jeunes aux impacts réels des choix qu'ils font à chaque fois qu'ils prennent le volant.

On pouvait d'ailleurs entendre une mouche voler tout au long de la présentation de près de deux heures. Lorsque Lise Lebel a raconté le moment où elle a dû se rendre à l'hôpital pour aller identifier le corps meurtri de sa fille, plusieurs jeunes ont eu bien du mal à retenir leurs larmes. «C'est du cru, c'est l'histoire de Katherine dans toute sa beauté et dans toute son horreur. Les jeunes ressortent souvent très bouleversés, ça les secoue. C'est ce qui fait que la conférence atteint son but à toutes les fois. Ils peuvent facilement se sentir dans cette situation», confie Lise Lebel, qui sillonne le Québec depuis près de six ans avec cette conférence grâce à la Fondation Katherine Beaulieu.

Mme Lebel se plaît à croire que ses efforts ont fait une petite différence. En 2010, l'année du décès de Katherine, 128 jeunes avaient perdu la vie sur les routes du Québec. En 2015, ce nombre avait chuté à 55. Une statistique qui réconforte Mme Lebel, même si elle reconnaît qu'il reste encore du chemin à faire.

La Sûreté du Québec jugeait pour sa part important de tenir une telle activité, non seulement en raison de l'approche des bals de finissants, mais surtout parce qu'il s'agit d'une période où plusieurs de ces jeunes sont sur le point d'obtenir leur permis de conduire, si ce n'est déjà fait. «C'est une période où les jeunes apprennent à conduire. Il faut les sensibiliser à leur conduite responsable», constate Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Mme Thibodeau explique que ces simulations ont souvent bien plus d'impacts, car elles dépeignent une réalité à laquelle les jeunes peuvent s'identifier. «Ça a beaucoup plus d'impact que les annonces à la télé. La réalité, c'est quand une personne prend quelques verres et se pense correcte pour conduire, mais atteint la limite et même plus», résume-t-elle.

Selon les statistiques, les jeunes conducteurs possèdent 10 % des permis de conduire, mais sont impliqués dans 20 % des collisions routières. Par ailleurs, de tous les accidents mortels qui surviennent chaque année au Québec, entre 30 % et 35 % surviennent en raison de la conduite avec les capacités affaiblies. Cette statistique grimpe à 40 % lorsqu'un jeune conducteur est impliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer