L'actualité régionale en bref

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mise en commun des ressources

Après avoir rationalisé leurs effectifs à la suite des compressions découlant du fameux pacte fiscal transitoire, voilà que les MRC de Bécancour et Nicolet franchissent un pas de plus dans leur optimisation du personnel en se dotant de ressources communes.

Si l'exercice entraîne un total de trois mises à pied, l'entente de partenariat se traduira par l'ouverture de deux postes.

Ainsi, les deux organisations mèneront dorénavant une action conjointe en matière culturelle, au niveau de l'agriculture et au plan du transport des personnes.

«Pour nos milieux, c'est l'opportunité d'optimiser nos services offerts et de prioriser des actions communes afin de maximiser les retombées pour le développement de nos deux territoires. Ce partenariat permettra une présence plus importante et plus concrète auprès des agriculteurs, des intervenants culturels et des services aux citoyens en matière de transport de personne», a expliqué le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais.

Pour son homologue de la MRC de Nicolet-Yamaska, Marc Descôteaux, cette entente s'avère historique et innovatrice pour les deux régions.

«Elle constitue une opportunité inégalée pour nos deux organisations de mettre en commun nos expertises dans le milieu culturel, agricole et en transport de personnes. Ces trois secteurs représentent un lien naturel entre nos deux régions et proposeront un rayonnement régional pour Bécancour et Nicolet», a-t-il commenté.

Les deux hommes ne cachent pas que les coupes imposées par Québec ont eu un impact important au niveau de la priorisation des actions, des services et des heures de travail alloués aux employés pour les deux MRC. De plus, l'abolition de la Conférence régionale des élus du Centre-du-Québec a amené les MRC à travailler différemment pour le développement de la région et à prioriser des actions communes, d'où cette entente de partenariat.

Celle-ci prévoit l'embauche donc d'un agent ou d'une agente de développement culturel par la MRC de Nicolet-Yamaska et d'un agent ou d'une agente de développement en agroalimentaire par le CLD de la MRC de Bécancour. Les deux personnes travailleront pour les deux régions. Étant donné qu'il n'y a pas de dédoublement pour le poste de direction du transport de personne, Nancy Pépin demeurera en poste.

Au cours des prochains jours, les deux MRC procéderont à l'intégration des nouvelles offres de service. Des avis de cessation d'emploi ont toutefois été faits au cours des derniers jours, soit deux pour Bécancour et un dans Nicolet-Yamaska.

«Les MRC encouragent les personnes à postuler sur les nouveaux postes. Leur candidature sera analysée selon les critères préalablement déterminés», a-t-on conclu.

Le Centre d'amitié autochtone de La Tuque reçoit 91 000 $

Le Centre d'amitié autochtone La Tuque pourra bénéficier d'un soutien financier de 91 000 $ du gouvernement du Québec pour la réalisation de son projet Phénix: femmes autochtones de La Tuque.

«Je suis heureuse que ce projet, qui vise le soutien des femmes autochtones sur les plans de la confiance et de l'estime de soi, soit retenu. L'objectif de cet atelier est de former les femmes autochtones et de les outiller en matière d'habitudes de vie et de gestion du stress. Cet apprentissage sera bénéfique et améliorera nettement la qualité de vie des femmes et, conséquemment, celle des familles autochtones de La Tuque», a souligné la députée de Laviolette, Julie Boulet.

Le projet d'une durée d'une année vise, entre autres, à changer positivement les habitudes quotidiennes des participantes. La nouvelle a été bien accueillie au CAALT.

«On veut que les changements soient immédiats. [...] Les femmes se sentent bien lorsqu'elles sont ici parce qu'on est une organisation autochtone. C'est plus facile pour elles de nommer les malaises qu'elles peuvent avoir et nous on travaille ça avec eux. On veut qu'elles aient de bonnes habitudes de vies et qu'elles se sentent bien. On l'accueille bien cet argent-là qui va nous permettre, dans la prochaine année, d'améliorer les conditions de nos femmes», a mentionné Christine Jean, directrice générale du CAALT.

Ce projet est arrivé à la suite d'autres démarches où le CAALT avait tenté de savoir les besoins des femmes dans différentes facettes de leur vie.

«On les avait déjà sondés et là, on met en action les besoins identifiés», a conclu Mme Jean.

Travaux d'élagage et de déboisement à Shawinigan

Des travaux d'élagage et de déboisement sont à prévoir à Shawinigan dans les prochains mois. Hydro-Québec s'affairera à dégager les arbres aux abords du réseau de distribution d'électricité. Cet entretien de la végétation à proximité du réseau électrique permet d'assurer un dégagement sécuritaire entre les arbres et les installations électriques.

De plus, cela contribue à la fiabilité de l'alimentation électrique tout en s'assurant de la sécurité du public ou des employés d'Hydro-Québec. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre du programme annuel de maîtrise de la végétation. L'entreprise CCS a été mandatée pour ces travaux d'entretien. Hydro-Québec rappelle aux citoyens de planter des espèces à faible déploiement et à croissance limitée près des installations électriques. Pour de plus amples renseignements, Hydro-Québec invite les citoyens à visiter le site www.hydroquebec.com/arbres.

Avec Laurie Noreau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer